La concer­ta­tion di­vise pa­tro­nat et syn­di­cats

Le Télégramme - Saint-Brieuc - - LE FAIT DU JOUR -

Les par­te­naires so­ciaux, réunis ven­dre­di par le gou­ver­ne­ment pour apai­ser la co­lère des gi­lets jaunes, se di­visent sur les so­lu­tions à ap­por­ter. Cinq mi­nistres ont re­çu les prin­ci­pales or­ga­ni­sa­tions pa­tro­nales et syn­di­cales, à l’ex­cep­tion de la CGT. Leurs re­pré­sen­tants ont éta­lé leurs di­ver­gences sur la contri­bu­tion que doivent ap­por­ter les en­tre­prises à la sor­tie de crise. Sym­bole de cette dif­fé­rence de vue : la prime ex­cep­tion­nelle ver­sée aux sa­la­riés.

La prime dé­fis­ca­li­sée est une « bonne idée » pour le pré­sident du Me­def, Geof­froy Roux de Bé­zieux. Mais il craint que les en­tre­prises de­viennent « le bouc émis­saire de cette ré­volte fis­cale ». Les syn­di­cats des tra­vailleurs ont, eux, sou­li­gné le ca­rac­tère de court terme de la prime dé­fis­ca­li­sée. « Ce n’est pas une so­lu­tion struc­tu­relle », a dit Laurent Ber­ger (CFDT). Son syn­di­cat a ap­pe­lé à « des me­sures de sou­tien aux bas sa­laires ». Yves Vey­rier, du syn­di­cat FO, lui a em­boî­té le pas, ar­guant que cette prime « ne peut pas être la ré­ponse à la ques­tion des sa­laires » et de­man­dant « une hausse du Smic et du point d’in­dice de la fonc­tion pu­blique ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.