Sup’Ar­mor. « Il s’agit de notre ave­nir »

Le Télégramme - Saint-Brieuc - - SAINT-BRIEUC. ACTUS -

Ils étaient plu­sieurs mil­liers de ly­céens à par­cou­rir les stands pré­sen­tant des for­ma­tions, au sa­lon Sup’Ar­mor, ce ven­dre­di 7 dé­cembre. Cer­tains flâ­naient. Ils sa­vaient dé­jà quels se­raient leurs voeux sur Par­cour­sup. D’autres étaient un peu dé­çus : « les for­ma­tions qui m’in­té­ressent ne sont pas pré­sentes. J’irai peut-être au sa­lon du ly­céen et de l’étu­diant, à Rennes (35), où il y a plus de pro­po­si­tions ».

« Pour moi, ce se­ra une école d’in­gé­nieur à Brest ou à Nantes ». Ce ly­céen en classe de ter­mi­nale scien­ti­fique à Freys­si­net a dé­jà un pro­jet d’études bien ar­rê­té. Un de ses amis aus­si : « Ce se­ra un BTS ges­tion ». Leur troi­sième ca­ma­rade de classe opte, lui, pour un par­cours plus gé­né­ra­liste, « dans le do­maine des sciences po­li­tiques ».

« On es­père faire les bons choix »

Pour As­sia, en re­vanche, cette jour­née au­ra été l’oc­ca­sion d’un dé­clic. Des bro­chures dans les mains, cette ly­céenne en pre­mière STMG à La-Fon­taine-des-Eaux, à Di­nan, a peut-être trou­vé sa voie après le bac. « Je viens de dis­cu­ter avec une re­pré­sen­tante de la li­cence Ad­mi­nis­tra­tion éco­no­mique et so­ciale, à Saint-Brieuc. Il y a du droit et ça me plaît ».

Mais avec la fin du ly­cée, cer­tains doutes ap­pa­raissent. « Il s’agit de notre ave­nir. Alors évi­dem­ment, on es­père que nous al­lons faire les bons choix. Et si ja­mais ça ne nous plaît pas, com­ment ça va se pas­ser ? », s’in­quiète un ly­céen de Freys­si­net. S’il se fait des sou­cis, c’est aus­si concer­nant la pla­te­forme Par­cour­sup, où les ly­céens pour­ront dé­po­ser leurs voeux à par­tir de jan­vier. « J’es­père qu’on ne ren­con­tre­ra pas les mêmes pro­blèmes que l’an­née der­nière », sou­pire-t-il.

« Après le bac, c’est aus­si un saut dans l’in­con­nu », ob­serve Va­len­tin, ly­céen à Ful­gence-Bien­venüe, de Lou­déac. « C’est un chan­ge­ment de vie, on va ac­qué­rir en au­to­no­mie. J’ai­me­rais bien al­ler dans de grandes villes, même loin, comme à Mar­seille. C’est le mo­ment pour dé­cou­vrir autre chose ».

▼ Pra­tique

Sup’Ar­mor est ou­vert ce sa­me­di 8 dé­cembre, de 9 h à 13 h.

Menguy

Plu­sieurs mil­liers de ly­céens ont fran­chi les portes du sa­lon Sup’Ar­mor pen­dant trois jours. Par­mi eux, Va­len­tin et Lu­cie qui, mal­gré quelques in­quié­tudes, ont hâte d’être étu­diants.Charles

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.