Pe­ri­sic prend la lu­mière

Le Télégramme - Vannes - - HIPPISME - Pierre-Yves Hen­ry

Ivan Pe­ri­sic (29 ans) est mé­con­nu du grand pu­blic mais a en­voyé son pays en fi­nale, mer­cre­di, grâce à une pres­ta­tion XXL contre l’An­gle­terre. « Un top joueur » pour le Bres­tois Edouard Bu­tin qui a cô­toyé le Croate à So­chaux... là où le mi­lieu of­fen­sif n’a pas joué un seul match avec les pros.

12 mai 2007. Au stade de France, Edouard Bu­tin s’élance en der­nier dans la séance de tirs au but op­po­sant So­chaux à l’AJ Auxerre en fi­nale de Gam­bar­del­la. Ten­ta­tive réus­sie et pre­mier suc­cès de la jour­née pour les Lions qui ver­ront plus tard, dans la soi­rée, les pros sou­le­ver la Coupe de France. Sus­pen­du pour avoir pris un car­ton rouge en cham­pion­nat une se­maine avant, Ivan Pe­ri­sic, 17 ans, sa­voure dans les tri­bunes. « Il était mon­té à Pa­ris avec nous deux jours avant, il avait tout fait comme s’il jouait, se sou­vient Edouard Bu­tin. Ivan, hu­mai­ne­ment, c’est un type bien, un bon co­équi­pier, une per­sonne très agréable à vivre ». Qui n’a pour­tant ja­mais joué en pro avec So­chaux. « Ça reste un point d’in­ter­ro­ga­tion », pour­suit l’an­cien Va­len­cien­nois, pas for­cé­ment heu­reux, au tout dé­but, de voir le Croate si­gner un contrat pro­fes­sion­nel au FCSM après seule­ment un match ami­cal. « C’était un peu mal pas­sé à l’époque avec nous, oui. On était 4-5 en ré­serve à es­pé­rer in­té­grer les pros et il passe de­vant nous… Mais, ob­jec­ti­ve­ment, Ivan avait dé­jà tout. Il peut jouer de la tête, va plu­tôt vite mal­gré sa taille (1.88 m), est en­du­rant, a les deux pieds… Sin­cè­re­ment, je ne lui vois pas de point faible ».

Pa­vard est pré­ve­nu

Ca­pable de jouer « à tous les postes, même dé­fen­seur cen­tral », ce­lui qui a été élu homme du match mer­cre­di après la vic­toire de la Croa­tie contre l’An­gle­terre part de loin. Mais n’a, semble-t-il, ja­mais dou­té. « Il ne jouait pas à So­chaux mais, sans pré­ten­tion de sa part, il don­nait l’im­pres­sion de se dire : " si ce n’est pas ici, ce se­ra ailleurs ". Il était sûr de sa force », cer­ti­fie Bu­tin qui se re­mé­more aus­si ce cô­té un peu non­cha­lant qui a pu dé­plaire à cer­tains coachs. « Quand il ar­ri­vait à l’en­traî­ne­ment le ma­tin, on avait l’im­pres­sion qu’il sor­tait du lit. Mais c’était sa fa­çon d’être, il ne fai­sait pas ex­près ». Ar­ri­vé en France, à Mon­té­bliard, et sui­vi par sa fa­mille, le mi­lieu gauche a trou­vé son bon­heur plus tard, en Bel­gique (Bruges), en Al­le­magne (Dort­mund, Wolf­sburg) et main­te­nant en Ita­lie (In­ter). « Je ne suis pas sur­pris par son évo­lu­tion, Ivan a un ta­lent in­né. Au­jourd’hui, c’est un top joueur ». Un top joueur qui, se­lon le Bres­tois, a « eu un peu de mal dans ce dé­but de Coupe du monde mais a ex­plo­sé en de­mies. J’ai en­core cette image, en se­conde mi-temps, de son pas­se­ment de jambes qui dé­pose Wal­ker avec la frappe sèche qui ter­mine sur le po­teau. Cet en­chaî­ne­ment, je l’ai vu 60 fois à So­chaux… ». Une oc­ca­sion in­ter­ve­nue quatre mi­nutes après l’éga­li­sa­tion de… Pe­ri­sic, sau­veur d’une na­tion et en quête de la pre­mière étoile de la Croa­tie, di­manche, face aux Bleus. Après Eden Ha­zard, Ben­ja­min Pa­vard va hé­ri­ter d’un nou­veau client. Un nou­veau très gros client qui, ven­dre­di soir, était in­cer­tain pour une bles­sure à la cuisse. L’his­toire en se­rait moins belle…

Ivan Pe­ri­sic com­mence, à 29 ans, à se faire un nom.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.