Ka­ra­ba­tic : « La fi­nale rê­vée »

Le Télégramme - Vannes - - HIPPISME -

Ni­ko­la Ka­ra­ba­tic, star du handball né en ex-You­go­sla­vie, au­ra « un pe­tit pin­ce­ment au coeur » lors de la fi­nale de la Coupe du monde.

> Qui al­lez-vous sup­por­ter ?

C’est as­sez simple, la France. C’est la fi­nale dont je rê­vais. Mais j’ai tou­jours un pe­tit pin­ce­ment au coeur quand ce sont des matchs France - Croa­tie ou France - Ser­bie puisque je suis né en ex-You­go­sla­vie d’un père croate et d’une mère serbe. Je suis ar­ri­vé en France quand j’avais quatre ans. Je me sou­viens que pour la de­mie en 98, j’ai sau­té de joie pour les trois buts (2-1 pour la France contre la Croa­tie). Je se­rai quand même heu­reux si la Croa­tie gagne.

> Qu’est-ce que ça re­pré­sente pour votre fa­mille ?

Pour nous, c’est as­sez par­ti­cu­lier. Toute une par­tie de la fa­mille se­ra pour la Croa­tie et l’autre pour la France. Je me rends mieux compte de ce que ça de­vait être, pour mon père, quand on jouait la Croa­tie en hand. Sur­tout lors de la fi­nale à Za­greb qu’on gagne contre eux pour les cham­pion­nats du monde en 2009. Il a vu son pays d’ori­gine face à son pays d’adop­tion pour le­quel jouait son fils.

> Vous avez vi­bré pour les deux pays pen­dant ce Mon­dial…

En fait, je sup­porte trois équipes à fond : la France, la Ser­bie et la Croa­tie. Pour les Bleus c’est spé­cial, j’ai le sen­ti­ment d’ap­par­te­nir à la même con­fré­rie comme je porte le même maillot qu’eux en hand. Du cô­té de la Croa­tie, je connais quelques joueurs. Je jouais à Bar­ce­lone en même temps que Ra­ki­tic. Je m’en­tends bien aus­si avec Pe­ri­sic.

> Fi­na­le­ment, vous re­trou­vez­vous dans cha­cune des deux équipes, de la grin­ta des Croates à la sé­ré­ni­té des Bleus ?

Bien sûr. Les Croates ont la rage de vaincre des na­tions des Bal­kans. Je suis fier qu’un si pe­tit pays re­pré­sente si bien la ré­gion en fi­nale. Mais les Fran­çais aus­si sont dé­ter­mi­nés. Je pense qu’ils vont ga­gner mais que ça va être dur. Une fi­nale, ça peut être le plus beau mo­ment de ta vie avec la nais­sance de tes en­fants, ou le pire cau­che­mar de ta car­rière. En plus, je pense qu’il y au­ra un Bal­lon d’or sur le ter­rain, pour Mbap­pé ou Mo­dric. Je se­rai à un bap­tême di­manche mais je me suis as­su­ré qu’il y au­rait un grand écran !

Ni­ko­la Ka­ra­ba­tic se­ra pour la France, di­manche, même s’il ne se­ra pas vrai­ment dé­çu si la Croa­tie l’em­porte...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.