Mi­chon, par aban­don

Me­né d’un set, il était re­ve­nu dans la par­tie. Axel Mi­chon a fi­na­le­ment été ai­dé par l’aban­don de Gleb Sa­kha­rov pour em­po­cher l’Open CNGT de Saint-Quay-Por­trieux. Un deuxième suc­cès… en deux ans !

Le Télégramme - Vannes - - SPORTS - Laurent Ri­vier

Il n’est pas un ha­bi­tué du cir­cuit fran­çais. Mais Axel Mi­chon aime la Bre­tagne et plus par­ti­cu­liè­re­ment Saint-Quay. Cette terre où, ga­min, il s’ébrouait dé­jà, en tant que voi­sin nor­mand.

« J’adore ce tour­noi », s’amuse le pe­tit gau­cher d’1,76 m pour 63 kg. De­puis sa­me­di, un lien in­dé­fec­tible s’est même créé puisque ja­mais au­pa­ra­vant, il n’avait conser­vé un titre sur le cir­cuit. « Je re­vien­drai », as­sure dé­jà le 28e joueur fran­çais et 539e à l’ATP. Il re­vien­dra et es­pé­re­ra, cette fois, vivre plei­ne­ment le mo­ment.

« Dé­çu pour Gleb »

Sur la terre-bat­tue qui­no­céenne, il s’en est, hé­las, re­mis à l’aban­don de son « ami » Gleb Sa­kha­rov pour sou­le­ver le tro­phée. La par­tie était re­de­ve­nue équi­li­brée quand le Nan­tais vit de vieilles dou­leurs se ré­veiller, à la fois au coude et au poi­gnet. « De­puis Wim­ble­don, ça al­lait mieux. J’étais ve­nu ici pour re­ga­gner des matchs, ça m’em­bête vrai­ment d’ar­rê­ter, sur­tout de­vant au­tant de monde, mais j’ai sen­ti que l’in­flam­ma­tion re­ve­nait. Il va­lait mieux stop­per », souffle le sup­por­ter des Ca­na­ris.

Un scé­na­rio dif­fi­ci­le­ment ima­gi­nable quand il ex­pé­dia la pre­mière manche, 6/0. Plus puis­sant, ac­cro­ché à sa ligne de fond, Sa­kha­rov me­na en­core 2-0 dans la se­conde manche avant de voir Axel Mi­chon se re­bel­ler (2-3).

Un autre match, âpre, dis­pu­té, fran­che­ment agréable à re­gar­der, com­men­ça alors (3-3, 4-4, 5-5). « Dans le ten­nis, et c’est ça qui est ouf, tout peut se re­tour­ner, re­lève Mi­chon. Mais je suis sur­tout dé­çu pour Gleb, j’ai moi-même été bles­sé six mois au coude, je sais ce que c’est.» Pas loin d’aban­don­ner à ce mo­ment-là, Sa­kha­rov eut l’élé­gance de fi­nir le deuxième set (per­du 7-5) et d’in­sis­ter en­core un peu. Mais à 2-0 en sa dé­fa­veur, c’en était trop. « Je n’avais ga­gné que deux matchs de­puis jan­vier, j’ai quand même re­pris plai­sir à jouer, dans une am­biance sym­pa. Ça fait du bien de faire du ten­nis sans trop de pres­sion», po­si­tive ce­lui qui, en jan­vier, poin­tait au 153e rang mon­dial.

Thé­bault est tom­bée

L’épi­logue a éga­le­ment été pal­pi­tant chez les dames. Com­men­cée la veille à 17 h, in­ter­rom­pue deux fois par la pluie et stop­pée par la nuit, la fi­nale s’est ter­mi­née sa­me­di sur les coups de 11 h 15 après 4 h 24 de temps de jeu cu­mu­lé. Une ra­re­té chez les filles. Et un sou­ve­nir qui res­te­ra em­bru­mé pour la Ma­louine Es­ther Thé­bault, cham­pionne de Bre­tagne en juin.

Me­née 3-1 au mo­ment de re­prendre la par­tie, elle eut une balle de 5-3 (gâ­chée sur un smash mal ajus­té) avant de re­prendre les de­vants (5-4). Mais l’Argentine Bo­nar­di fit va­loir son mé­tier, concluant 7-5 sur une double-faute de sa va­leu­reuse ad­ver­saire.

t Les ré­sul­tats

Femmes. Fi­nale : Ber­ta Bo­nar­di (Argentine, 4/6) bat Es­ther Thé­bault (-2/6) 4/6 7/5 7/5.

Hommes. Fi­nale : A. Mi­chon bat G. Sa­kha­rov 0/6 7/5 2/0 aban­don.

Axel Mi­chon (à gauche) n'a pas man­qué de ré­con­for­ter Gleb Sa­kha­rov à l'is­sue de la par­tie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.