Fer­ro­viaire. La CGT fait va­loir ses pro­po­si­tions

Le Télégramme - Vannes - - AURAY -

Une tren­taine de per­sonnes, dont beau­coup de che­mi­nots, quelques élus lo­caux et quelques usa­gers, ont par­ti­ci­pé, jeu­di 8 no­vembre, à la gare d’Auray, à une réunion or­ga­ni­sée par l’Union ré­gio­nale CGT et sa branche che­mi­nots, pour pré­sen­ter les pro­po­si­tions du syn­di­cat dans le cadre du re­nou­vel­le­ment de la conven­tion TER. L’ac­tuelle conven­tion, qui cadre l’ex­ploi­ta­tion et les ser­vices ré­gio­naux de trans­ports de voya­geurs (fer­ro­viaires et rou­tiers), ar­rive à son terme fin 2018.

Les né­go­cia­tions entre la SNCF et le con­seil ré­gio­nal in­ter­viennent dans un contexte par­ti­cu­lier, où cha­cun a en tête la longue grève du prin­temps, tan­dis que la fu­ture loi sur les mo­bi­li­tés risque de bou­le­ver­ser la donne en ou­vrant les trans­ports pu­blics au sec­teur pri­vé et à la concur­rence.

Ren­force le ser­vice pu­blic

Cadres ré­gio­naux du syn­di­cat, Yan­nick Ti­zon et Jean-Luc Pel­tier dé­noncent le fu­tur « pacte fer­ro­viaire » tel qu’an­non­cé par le gou­ver­ne­ment et la di­rec­tion SNCF : « Il pré­ci­pi­te­ra l’écla­te­ment de la SNCF et la fra­gi­li­sa­tion du ser­vice pu­blic par le re­cours à la sous­trai­tance et aux pri­va­ti­sa­tions ». Par le biais de sept pro­po­si­tions ci­blées, la CGFT pré­co­nise au contraire le ren­for­ce­ment du ser­vice pu­blic et le main­tien du mo­no­pole de la SNCF, « pour ga­ran­tir la sû­re­té des trans­ports et la des voya­geurs, par la re­con­nais­sance de la grande com­pé­tence et du sa­voir-faire des che­mi­nots, y com­pris pour l’ac­cueil hu­ma­ni­sé des usa­gers ».

Quatre réunions sont ain­si or­ga­ni­sées, une par dé­par­te­ment. Les pro­po­si­tions touchent aus­si à l’en­tre­tien du ma­té­riel et des voies, « y com­pris, dans le cadre de la tran­si­tion éner­gé­tique, la re­mise en ser­vice de tra­jets au­jourd’hui aban­don­nés ».

Pour le Mor­bi­han, les pro­po­si­tions concernent es­sen­tiel­le­ment l’ou­ver­ture à l’an­née de la ligne Auray-Qui­be­ron en mode voya­geurs, mes­sa­ge­ries et fret, ain­si que la ré­ou­ver­ture de la liai­son Auray-Saint-Brieuc, qui ne fonc­tionne pour l’ins­tant que pour le fret et seule­ment sur cer­tains tron­çons : « Elle éta­bli­rait des re­lais nord-sud ef­fi­caces entre les ports, amé­lio­re­rait les des­sertes fret avec les Pays-de-la-Loire et la Nor­man­die, et pro­po­se­rait une al­ter­na­tive in­té­res­sante pour la des­serte voya­geurs du centre Bre­tagne, ac­tuel­le­ment as­su­rée par la route uni­que­ment ».

Cy­ril Dal­lois, CGT-cadres che­mi­nots ; Thier­ry Gour­lay, CGT ré­gion in­ter­pro ; Yan­nick Ti­zon, CGT che­mi­nots Bre­tagne, et Ch­ris­tian Pel­tais, UL CGT Auray et conseiller mu­ni­ci­pal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.