SEAir veut faire vo­ler tout ce qui flotte

Le Télégramme - Vannes - - SALON NAUTIQUE - J. -M. S.

SEAir va vite, presque aus­si vite que les ba­teaux qu’elle fait vo­ler. Trois ans après sa créa­tion, la start-up lo­rien­taise s’est fait un nom dans le nau­tisme en dé­mo­cra­ti­sant les foils à tous les ba­teaux.

Son avance tech­no­lo­gique sur ces ap­pen­dices de coques qui per­mettent de main­te­nir une em­bar­ca­tion au-des­sus de l’eau, lui a va­lu le prix de l’in­no­va­tion aux deux pré­cé­dentes édi­tions du Nau­tic. Pa­ral­lè­le­ment au dé­ve­lop­pe­ment d’une fi­lière de mo­no­coques de course-croi­sière sur la base d’un voi­lier de 40 pieds, la jeune pousse bre­tonne en­tend dé­mon­trer les atouts de sa tech­no­lo­gie sur les ba­teaux à mo­teur. C’est le rôle dé­vo­lu au Zo­diac pro 550 Flying Rib qui s’est vu at­tri­buer une ex­po­si­tion de choix à l’en­trée du Hall 1, du Sa­lon.

De 30 à 50 % d’éco­no­mie en car­bu­rant

Le pre­mier atout c’est l’éco­no­mie de car­bu­rant. « Me­su­ré par mer iden­tique, le gain entre deux ba­teaux de 5.5 m se­rait d’au moins 30 % d’éco­no­mie, avec des pointes à 50 % », dé­taille Ri­chard Fo­rest, 48 ans, in­gé- nieur et co­fon­da­teur de SEAir.

« À ce­la s’ajoutent un confort et une te­nue à la mer in­com­pa­rables, pour­suit-il. Le 5.50 mètres est qua­si ho­ri­zon­tal dans un cla­pot de 40 cm. Le 7 mètres dans 70 cm. Le 7.65 dans 80/90 cm. On ne saute plus les vagues, on les écrête, avec la sen­sa­tion de na­vi­guer sur cous­sin d’air », s’en­thou­siasme le pa­tron pas­sion­né de nou­velles tech­no­lo­gies.

Par­te­na­riat avec Su­zu­ki

Cô­té per­for­mances, le Flying rib 5.50 a des ar­gu­ments : 35 noeuds en vi­tesse de pointe et même 43 noeuds avec un mo­teur de 115 CV. « Notre seule contrainte est donc don­née par les mo­to­ristes : il nous faut un arbre ex­tra­long ! Un par­te­na­riat très fort est en cours de si­gna­ture avec Su­zu­ki (ga­ran­tie, co­opé­ra­tion de R & D) », pré­cise Ri­chard Fo­rest.

Le seul gros in­con­vé­nient ré­side dans le prix de cette tech­no­lo­gie qui rend, pour l’ins­tant, toute com­pa­rai­son im­pos­sible. Le Flying RIB 5.50 (ba­teau neuf com­plet, mo­teur in­clus) s’af­fiche à en­vi­ron 50 000 € et 75 000 € pour la ver­sion 7 m. Soit le double d’une coque conven­tion­nelle. Un écart qui pour­rait tou­te­fois se com­bler si cette tech­no­lo­gie est adop­tée en grande sé­rie. C’est jus­te­ment l’am­bi­tion de SEAir.

Pho­to Jean-Mi­chel Si­gnor

Dis­tri­bu­teur ex­clu­sif de la marque ukrai­nienne Ad­ven­ture, le Bres­tois Jet Ma­rine dé­voile au­jourd’hui le mo­dèle V 585 dans sa ver­sion Luxe Pa­ris. Af­fi­ché à plus de 31 000 eu­ros, prix ca­ta­logue, avec re­morque et mo­teur Su­zu­ki de 100 ch, il est dis­po­nible pour 26 625 eu­ros, « prix sa­lon ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.