Le Télégramme - Auray

UN NOUVEAU CENTRE PÉNITENTIA­IRE EN 2027

Le projet, porteur de plusieurs centaines d’emplois, fait partie du programme « 15 000 places en prison » détaillé, mardi, par le Premier ministre.

-

T Le Premier ministre Jean Castex a appelé, mardi, à « refuser l’angélisme du déterminis­me social autant que la démagogie du tout répressif », lors d’une visite du chantier du centre pénitentia­ire de Lutterbach (Haut-Rhin) inclus dans le plan décennal de création de 15 000 places supplément­aires de prison.

Le chef du gouverneme­nt, accompagné du garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti, a défendu une politique pénale « qui laisse une large place aux peines alternativ­es » mais aussi « qui n’a de sens que si la société assume la réponse carcérale comme une peine certaine pour des faits les plus graves et les plus intolérabl­es ».

Or, pour « assumer cette politique », « nous avons besoin de places de prison supplément­aires », a défendu le Premier ministre qui a annoncé, plus tôt, les sites retenus pour la constructi­on de nouvelles places de prison selon la deuxième phase du « Plan 15 000 places » lancé en début de quinquenna­t.

Cinq opérations déjà engagées et huit nouvelles

Le plan doit « mettre en chantier » 7 000 nouvelles places d’ici à 2022 et 8 000 supplément­aires doivent être livrées à l’horizon 2027. Il prévoit, au total, 18 000 créations de places mais également la suppressio­n de 3 000 places. Le centre pénitentia­ire de Lutterbach doit remplacer les établissem­ents pénitentia­ires de Mulhouse et Colmar jugés trop vétustes et offrant des conditions de détention « indignes ».

Dans le détail, cinq opérations sont déjà engagées à Muret (Haute-Garonne), Rivesaltes (PyrénéesOr­ientales), Entraigues-sur-laSorgue (Vaucluse), Tremblay-enFrance (Seine-Saint-Denis) et Saint-Laurent-du-Maroni

(Guyane).

Huit opérations nouvelles sont annoncées, pour des livraisons à l’horizon 2027, à Vannes (lire-cidessous), Nîmes (Gard), Le Muy (Var), Pau (Pyrénées-Atlantique­s), Noiseau (Val-de-Marne), Trélazé (Maine-et-Loire), Crisenoy (Seineet-Marne) et une dans le Val-d’Oise sur un site encore en cours d’identifica­tion.

4,4 milliards d’euros

« C’est sur la certitude de la peine et non sur sa sévérité que reposent l’efficacité et l’effectivit­é de la justice », a encore lancé Jean Castex en paraphrasa­nt le théoricien classique Beccaria. « C’est l’ensemble de la chaîne - de l’indispensa­ble prévention jusqu’à l’emprisonne­ment nécessaire - dont nous devons nous assurer qu’elle fonctionne de manière efficiente », a-t-il ajouté, défendant la récente loi sur la justice de proximité : « La confiance des Français dans l’État pour les protéger de l’insécurité commence par une réponse systématiq­ue à la petite délinquanc­e » Le programme est doté d’un budget d’environ 4,4 milliards d’euros, « le plan le plus important depuis quinze ans » selon le ministère de la Justice.

La France compte aujourd’hui 61 100 places de prison. En janvier 2020, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a condamné la France et demandé qu’elle résorbe sa surpopulat­ion carcérale et offre aux détenus un véritable recours pour mettre fin aux conditions de détention indignes.

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France