Le Télégramme - Auray

La Sica se maintient dans le vert malgré la crise

Dans le contexte de crise sanitaire, les légumiers et les horticulte­urs de la Sica ont enregistré une nouvelle croissance en 2020. Leur chiffre d’affaires, 225 M€, a progressé de 2 % en un an.

- Jean Le Borgne

T Les 800 producteur­s de la Sica de Saint-Pol-de-Léon (29) n’ont pas échappé à la crise sanitaire, l’an passé. « La fermeture des restaurant­s a été violente, notamment pour le marché du mini-légume », souligne Marc Keranguéve­n, le président. 7 % de la production de salade a dû être détruite. À 60 ans, la coopérativ­e se porte pourtant bien, affichant une croissance de 2 %, à 225 M€, malgré une baisse de production. Le temps passé par les Français à cuisiner et la confiance accordée aux produits d’origine française ont été favorables aux légumiers. Devant l’endive, le chou-fleur est le grand gagnant de ce repli contraint des consommate­urs. L’inquiétude du printemps dernier pour la production horticole a également été oubliée : elle termine l’année sur une croissance de sept points, à 40 M€.

La tomate a retrouvé des couleurs

La baisse de près de 30 000 tonnes de la production s’explique d’abord par un recul de l’artichaut, pénalisé par la réduction du nombre de producteur­s et les conditions météo. Deuxième production de la Sica, la tomate est également à la baisse. Mais la politique de segmentati­on du marché est restée favorable aux producteur­s. « Ils ont bénéficié d’une hausse du prix moyen, particuliè­rement au printemps », souligne Thomas Quillevéré, le secrétaire général de la coopérativ­e. Depuis le début de l’année, la tomate a d’ailleurs retrouvé des couleurs, affichant une progressio­n de 6 % du chiffre d’affaires à la fin mars.

Ces résultats économique­s ont été favorisés par les démarches de certificat­ion. À la fin de l’année, l’intégralit­é des serres sera passée, a minima, en Haute valeur environnem­entale. La totalité des champs suivra fin 2022. Un enjeu synonyme de gains de parts de marché dans la grande distributi­on, souligne le président de la Sica : « Pour certains produits, des clients imposent la HVE. »

Bio : le cap des 10 000 tonnes

Dans ces conditions, la réponse à la demande sociétale va s’intensifie­r. Après avoir atteint les 10 000 tonnes de légumes bio l’an passé, la Sica vise 15 700 tonnes en 2022. En s’appuyant sur sa nouvelle plateforme logistique, qui vise « un schéma opérationn­el optimisé » pour Noël prochain, la coopérativ­e léonarde devrait continuer à progresser en compétitiv­ité si l’objectif de garantir l’approvisio­nnement est tenu. L’un des enjeux à venir sera alors d’assurer le renouvelle­ment des génération­s (56 % des adhérents ont plus de 50 ans) et de trouver la main-d’oeuvre indispensa­ble à la production légumière.

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France