Le Télégramme - Auray

Un miracle signé Rodelin

Malmenés, décevants pendant une éternité, les Guingampai­s ont été sauvés par un but de Rodelin dans les arrêts de jeu. Un petit miracle qui les relance pour le maintien.

- Laurent Rivier

Ligue 2 (34e journée). EA Guingamp - Chambly : 1-0

Et soudain, leurs cris ont déchiré la nuit. Frédéric Bompard, leur entraîneur, s’est jeté sur le terrain. Abasourdi, lui aussi. Chambly venait de jouer une touche qu’il réclamait. Et puis ses joueurs ont récupéré le ballon. Ils se sont mis en mouvement, enfin. De l’extérieur du pied, Ntep a décalé Mellot côté droit. Le latéral a centré en retrait pour Rodelin qui a glissé le ballon entre les jambes de Pontdemé. On jouait la 92e minute de jeu et le stade vide, qu’une bandeson avait artificiel­lement animé pendant toute la partie, a donc été traversé par une joie inattendue. « J’ai glissé, je suis tombé en arrière », sourit l’entraîneur guingampai­s avant de l’avouer : « On a souffert sur le banc de touche mais, sur le plan émotionnel, c’est sympa de gagner de cette façon. Ce soir (lundi), ça a tourné. Sur le but, je pense très sincèremen­t qu’il y avait touche pour nous. Finalement, eux la jouent mal et cela nous permet de marquer dans le temps additionne­l ».

« On n’est plus relégables »

En face, c’est tout Chambly qui a pleuré. « On a donné le match à 1’30 de la fin, sur une touche. C’est un hara-kiri alors que l’équipe avait fait un match énorme d’envie », souffle Bruno Luzi, le coach camblysien, désormais 17e au classement. Un petit but dans les arrêts de jeu a tout changé. En ouvrant son pied, Rodelin a expédié Guingamp au 16e rang, devant Caen et Dunkerque. « On n’est plus relégables. Sur le plan psychologi­que, c’est super », savoure Frédéric Bompard alors que se profile un deuxième match à domicile d’affilée, samedi contre le Paris FC. « Ce serait bien de gagner une troisième fois, ce n’est jamais arrivé cette saison », poursuit le coach d’EAG. Car il le dit et il a raison : « Cette victoire n’est pas une fin en soi, le maintien n’est pas acquis ».

Heureux comme jamais

Ce succès n’enlève d’ailleurs rien au sentiment qui, malgré le but, rejaillit. En première mi-temps, ces Guingampai­s n’ont rien proposé. Apathiques, désordonné­s au moment de presser, très faibles techniquem­ent, ils ont longtemps inquiété. Leurs seules occasions furent un plat du pied mal ajusté de M’Changama (33’) et un missile de Rodelin que Pontdemé, finalement préféré à Planté, détourna d’une claquette bien sentie (43’). Face à une équipe de Chambly joueuse, ils ont même été dominés dans la possession (48 %), la crainte collée aux crampons.

La suite fut (un peu) meilleure. Avec Ntep puis Pierrot sur le pré, les Costarmori­cains se sont rapidement créé trois occasions : Gomis a écrasé sa reprise (48’), Ntep s’est heurté à Pontdemé (55’), le coup-franc flottant de M’Changama a ennuyé le portier camblysien (58’). Dans la foulée, Pierrot a failli trouver le chemin des filets (66’).

Et puis, enfin, Mellot a donc centré en retrait pour Rodelin (92’). «C’est la première fois, avoue Frédéric Bompard, que je voyais le groupe aussi heureux, communier de cette façon à la fin ». Le vestiaire s’en souvient. La pelouse de Roudourou aussi, sur laquelle ils ont été nombreux à « glisser ».

 ?? Photo Lisa Tilly ?? Ronny Rodelin s’est mué en sauveur, mardi soir, face à Chambly.
Photo Lisa Tilly Ronny Rodelin s’est mué en sauveur, mardi soir, face à Chambly.

Newspapers in French

Newspapers from France