Le Télégramme - Auray

Super Ligue, un projet mort-né ?

La Super Ligue, projet mort-né en 48 heures ? Manchester City a d’ores et déjà annoncé son retrait du projet de cette compétitio­n privée rivale de la Ligue des champions, face au tollé suscité par le projet.

-

T Ils pensaient convaincre le monde du football en proposant plus de matchs à fort enjeu, et visaient des revenus colossaux en s’assurant un ticket permanent dans une épreuve quasiment inaccessib­le aux autres équipes du continent…

Mais les douze « mutins », emmenés par le Real Madrid, Liverpool ou la Juventus Turin, ont commencé à se désunir de manière aussi tonitruant­e qu’ils avaient fait sécession dans la nuit de dimanche à lundi. Manchester City a été le premier à céder, annonçant dans un communiqué avoir « formelleme­nt lancé la procédure pour se retirer du groupe chargé

Quarante-huit après l’annonce de la future Super Ligue, Manchester City s’est retiré du projet.

de développer le projet de Super Ligue européenne ».

Un retourneme­nt de situation dont le président de l’UEFA Aleksander Ceferin s’est aussitôt félicité. « Je suis ravi d’accueillir le retour de City dans la famille du football européen », s’est-il réjoui. Auparavant, plusieurs médias britanniqu­es avaient rapporté que Chelsea était également sur le point de se retirer. En Espagne, d’autres

informatio­ns de presse évoquaient le retrait à l’étude de l’Atlético Madrid.

Victoire judiciaire pour les « mutins »

Si City a fini par céder, c’est peut-être à cause de la levée de boucliers générale des supporters, des joueurs, des instances et même des gouverneme­nts. « La décision, par Chelsea et Manchester City est -si elle est confirméea­bsolument la bonne, et je la salue », écrivait le Premier ministre britanniqu­e Boris Johnson sur Twitter, peu avant le communiqué de Manchester City.

Dans la soirée, plusieurs centaines de fans de clubs anglais avaient bruyamment manifesté leur désapproba­tion aux abords du stade de Chelsea. La Super Ligue, emmenée par le patron du Real Madrid Florentino

Pérez, avait pourtant remporté, mardi, une première victoire judiciaire en obtenant d’un tribunal de commerce de Madrid une décision susceptibl­e de geler provisoire­ment toute sanction la concernant.

Guardiola :

« Ce n’est pas du sport »

En face, la riposte s’est pourtant organisée à tous les niveaux. Les joueurs de Liverpool, autre club rebelle, ont ainsi témoigné de leur hostilité au projet en publiant un communiqué commun contre leur employeur. De nombreuses figures du football ont affiché leur opposition au projet. L’une des opinions les plus virulentes est venue de Pep Guardiola, entraîneur vedette de Manchester City, l’un des clubs dissidents. Pour le Catalan, cette nouvelle coupe d’Europe perturbe l’idée même de compétitio­n. « Ce n’est pas du sport si le succès est garanti ou si perdre n’a aucune importance », a asséné Guardiola, alors que Jürgen Klopp, entraîneur de Liverpool s’était montré réservé lundi. Ces déclaratio­ns résument la profonde ligne de fracture créée par les 12 clubs rebelles, composés de six anglais, trois espagnols, trois italiens… mais aucun allemand ni français.

 ?? Photo AFP ??
Photo AFP
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France