Le Télégramme - Auray

Sardinerie cherche saisonnier­s à Quiberon

D’ordinaire, la sardinerie La Quiberonna­ise recrute rapidement ses saisonnier­s. Pas cette année. L’appel est lancé.

-

T « On a une équipe de quinze saisonnier­s qui, chaque année, est recrutée en mai. Ce sont des postes qui tournent beaucoup, on ne fait pas la même chose toute la journée ». Théo Mourlin, responsabl­e de la production, s’interroge. « C’est la première année depuis longtemps qu’on a un manque. Ce n’est pas la crise sanitaire. L’an dernier, à la même époque, on avait fait le plein rapidement ». Il invite : « Aucun diplôme n’est demandé, juste de la bonne volonté. Il faut être un peu habile de ses mains. Les gens ont le droit de se déplacer, pour travailler, avec autorisati­on. Il faut rappeler que c’est un bon complément de revenus pour les seniors, ou pour les étudiants ». Théo veut aussi rassurer : « Nous appliquons des mesures sanitaires strictes, et on fait des rotations. Il nous manque sept ou huit personnes, pour commencer la saison… ».

Loin d’être répétitif

Le chef de production invite à découvrir les étapes et tâches d’une sardinerie : « C’est très varié, on tourne beaucoup ». Six tonnes de sardines arrivent par semaine, durant la saison. « Les poissons frais arrivent sur les tables des sardinière­s qui les salent puis les étripent et les étêtent avant de les plonger plusieurs minutes dans la saumure (eau de mer saturée en sel). Sur des grilles, elles sont rincées à l’eau douce. Elles sont ensuite séchées, environ 2 h, par un énorme ventilateu­r, qui propulse l’air à températur­e ambiante ». Nouvelle étape : « Huile et condiments

« Il nous manque sept ou huit personnes, pour commencer la saison… »

THÉO MOurLIN

nappent les sardines. Chaque boîte, de chaque assistant, est vérifiée. On contrôle l’aspect visuel et le poids net avant le sertissage de la boîte. La dernière étape est la stérilisat­ion, qui dure entre 40 minutes et une heure, suivant la taille et le type de produit ». Toutes les boîtes sont nettoyées, rincées, séchées et à nouveau contrôlées avant d’être stockées en carton. Elles sont entreposée­s au moins un mois avant d’être commercial­isées. Les sardines de Quiberon n’attendent que vous pour sortir en boîte.

 ?? Le Télégramme/Gwen Rastoll ?? La Quiberonna­ise a besoin de saisonnier­s, pour la saison de la sardine, qui commence en mai.
Le Télégramme/Gwen Rastoll La Quiberonna­ise a besoin de saisonnier­s, pour la saison de la sardine, qui commence en mai.

Newspapers in French

Newspapers from France