Le Télégramme - Auray

Nouvelle prison à Vannes : « Il était temps ! »

Une nouvelle prison sera construite à Vannes à l’horizon 2027, avec 550 places. L’actuelle maison d’arrêt date du début XIXe siècle, et subit un certain nombre d’inconvénie­nts liés à son ancienneté.

- Mooréa Lahalle, Mark Moreau

1

Surpopulat­ion carcérale

Un pic de population carcérale avait été atteint en janvier 2020, avec 92 détenus pour 45 places. Le directeur de la prison, Xavier Rideau, avait alors constaté des conditions de travail « difficiles pour le personnel ». Aujourd’hui, le taux d’occupation est encore élevé, entre 70 et 80 détenus. « On est censés miser sur l’enfermemen­t individuel, mais c’est très compliqué car la population carcérale s’accroît. Trois détenus occupent les cellules de dix à douze mètres carrés. Ce sont des conditions de détention difficiles. Il n’y a pas non plus assez de places pour organiser des activités », explique un syndicalis­te de la prison. Une situation encore préoccupan­te avec l’épidémie de covid-19.

2

Des équipement­s trop vieux

La maison d’arrêt de Vannes date de 1825, et n’est plus adaptée aux besoins liés à l’incarcérat­ion aujourd’hui. « On essaie de s’adapter mais on ne fait pas du neuf avec du vieux : des vieux outils, un vieil établissem­ent… Par exemple, les douches sont sur les cursives, alors qu’elles devraient être dans les cellules », avance ce syndicalis­te, qui évoque aussi la présence de mérule par le passé. En septembre, Xavier Rideau avait affirmé que les cellules n’étaient pas « au standard du XXIe siècle ». En mai 2020, un jeune homme de 19 ans s’était évadé en sautant du mur de neuf mètres de haut. Le directeur avait pointé « une faille sécuritair­e liée à l’architectu­re ancienne du bâtiment ». Des barbelés supplément­aires avaient été posés. À noter que cette évasion est la seule des quinze dernières années.

3

Une nouvelle prison bienvenue

Le projet d’une nouvelle prison de 550 places, à l’horizon 2027, était attendu par la plupart des agents. « Il était grand temps que ça arrive, même si la maison d’arrêt actuelle reste fonctionne­lle et gérable. Elle est familiale, nous connaisson­s chaque détenu. Une plus grande structure va nous changer ».

Mais ce syndicalis­te ne se fait pas trop d’illusions. « Ce n’est pas parce qu’on a une nouvelle maison d’arrêt qu’on va révolution­ner la détention ».

 ?? Photo d’archive/Le Télégramme ?? La nouvelle prison est attendue par la plupart des agents pénitentia­ires, même si « on ne va pas révolution­ner la détention », selon un syndicalis­te.
Photo d’archive/Le Télégramme La nouvelle prison est attendue par la plupart des agents pénitentia­ires, même si « on ne va pas révolution­ner la détention », selon un syndicalis­te.

Newspapers in French

Newspapers from France