Le Télégramme - Auray

Le tract du nouveau collectif citoyen interpelle

Un tract anonyme a circulé au Hézo ces derniers jours. Il est l’oeuvre d’un nouveau collectif de citoyens qui y exprime plusieurs doléances. Le maire y répond.

-

T La distributi­on d’un tract anonyme fait polémique au Hézo. C’est un collectif de citoyens qui vient de voir le jour, à l’initiative de certains membres de l’opposition, d’une dizaine d’habitants et plus particuliè­rement de Fabrice Nineraille­s, entouré de Jean-Noël Loget et de Martine Dohollou, qui en est à l’origine.

« Le huis clos, une décision préfectora­le »

Plusieurs décisions municipale­s y sont critiquées. Mais pour le maire de la commune, Guy Derbois, qui se défend : « C’est le côté anonyme qui est le plus gênant. Je tiens une permanence en mairie un samedi sur deux afin d’écouter les habitants. Ces personnes n’ont jamais sollicité d’entretien afin d’exposer leur questionne­ment ».

Parmi les reproches formulés, le collectif estime que « la situation sanitaire actuelle ne justifie pas que les conseils municipaux se déroulent à huis clos », y voyant « une régression de la démocratie locale ». Le maire répond qu’il « ne peut en aucun cas aller à l’encontre des décisions préfectora­les qui stipulent que les conseils municipaux doivent se dérouler sans public ».

Étang de Lézuis : un énorme chantier

Nouveau point qui interroge le collectif : la somme attribuée lors du dernier conseil municipal à « une nouvelle associatio­n, le CAUE (Conseil d’architectu­re d’urbanisme et de l’environnem­ent) ». Guy Derbois indique qu’« il ne s’agit pas d’une nouvelle associatio­n. Elle existe depuis plusieurs années et par notre adhésion (de 275 € par an) à ce service, nous offrons la possibilit­é de fournir aux personnes qui désirent construire, les informatio­ns, les orientatio­ns et les conseils propres à saisir les enjeux paysagers des sites urbains et ruraux concernés ».

Autre sujet qui fâche : l’étang de Lézuis. Le collectif souligne son impatience de voir le site enfin nettoyé. Le maire répond que « c’est un chantier énorme avec des travaux très conséquent­s. Les coûts sont techniquem­ent impossible­s à porter par la commune. À ce jour le sujet est toujours à l’étude ».

Communicat­ion : le mea culpa

Enfin, le collectif reproche

« l’absence de bulletin municipal papier ». Le maire rappelle qu’il est

« toujours affiché en mairie ». Cependant Guy Derbois admet :

« Je dois faire un mea culpa car nous avons peut-être péché sur la communicat­ion. Cependant le site internet est complet ». Enfin, taquin, le maire conclut : « On nous reproche une utilisatio­n trop globale du numérique mais à la lecture du tract, il s’avère qu’il n’y a qu’une seule façon de joindre les auteurs : une adresse mail ».

 ??  ?? Jean Noël Loget et Martine Dohollou sont avec Fabrice Nineraille­s (absent sur la photo) à l’origine du nouveau collectif citoyen qui a fait circuler un tract dans la commune du Hézo.
Jean Noël Loget et Martine Dohollou sont avec Fabrice Nineraille­s (absent sur la photo) à l’origine du nouveau collectif citoyen qui a fait circuler un tract dans la commune du Hézo.

Newspapers in French

Newspapers from France