Lettres bre­tonnes. Une belle ro­mance de ca­ra­bins

Le Télégramme - Brest - - Cultures - Ber­trand Le Né­na

Vous aviez ai­mé, vous aus­si, « Les yeux cou­leur de pluie », le pre­mier ro­man très re­mar­qué de So­phie Tal Men, pa­ru l’été der­nier. La suite, « Entre mes doigts coule le sable », nous donne en­fin des nou­velles du couple Ma­rie-Lou et Mat­thieu. On re­trouve avec plai­sir les deux in­ternes en mé­de­cine amou­reux et pas­sion­nés par leur vo­ca­tion nais­sante, à l’hô­pi­tal de la Ca­vale Blanche à Brest.

Des hé­ros proches de nous

La suite de la ro­mance des ca­ra­bins, qui n’est pas un long fleuve tran­quille, est en­core plus an­crée dans la re­la­tion si com­plexe entre le mé­de­cin et son pa­tient. Les per­son­nages ont aus­si ga­gné en den­si­té. Le style en­le­vé, ro­man­tique, pré­cis, ima­gé jus­qu’à la poé­sie des mots et des am­biances, rend tous les hé­ros at­ta­chants, bou­le­ver­sants, tel­le­ment proches de nos uni­vers, de Brest à Groix. De la neu­ro­chi­rur­gie à la Ca­vale Blanche, à la psy­chia­trie à l’hô­pi­tal de Bo­hars, Mat­thieu, le sur­feur om­bra­geux et Ma­rie-Lou, la jeune femme po­si­tive, vivent très in­ten­sé­ment

BD. L’été en pente douce

Trente ans après avoir été adap­té au ci­né­ma, le ro­man de Pierre Pe­lot est, cette fois, trans­for­mé en BD. Le film de Gé­rard Krawc­zyk avait été un évé­ne­ment énorme avec les per­son­na­li­tés et les in­ter­pré­ta­tions ex­tra­or­di­naires de Pau­line La­font, Jacques Ville­ret et Jean-Pierre Ba­cri. La BD re­trouve toute la sen­sua­li­té du ré­cit avec cette am­biante tor­ride d’une ren­contre es­ti­vale in­cen­diaire. On se sou­vient du scé­na­rio : Fane re­vient dans son vil­lage ac­com­pa­gné de sa pe­tite amie aux te­nues

Jeu­nesse. Oli­via joue les es­pionnes

C’est tou­jours un ré­gal de re­trou­ver Oli­via. Cette pe­tite co­chonne in­tré­pide, par­fois in­sup­por­table par son as­su­rance à tous crins, mais tou­jours cra­quante a dé­ci­dé de de­ve­nir es­pionne. Elle, qui d’or­di­naire ne vit que sur le de­vant de la scène, va de­voir se fondre dans le pay­sage. Pour­quoi ? Pour dé­cou­vrir ce que ses proches disent quand elle est loin d’eux… Ma­ligne, Oli­via ruse et tend l’oreille. Bien évi­dem­ment, elle sur­prend des bribes de conver­sa­tions. Mais cu­rieu­se­ment, ces se­crets vo­lés, loin de la sa­tis­faire, sèment le doute dans son es­prit. Et si vrai­ment elle était trop pé­nible ? Ses pa­rents ne cher­che­raient-ils pas à se dé­bar­ras­ser d’elle ? La sur­prise leur stage d’in­ter­nat. Pas fa­cile, dès lors, de conci­lier mé­de­cine et vie pri­vée, les gardes, les fêtes ca­ra­bines, la fa­mille, etc.

Une tri­lo­gie

So­phie Tal Men de son nom de plume, est le doc­teur Ory, neu­ro­logue à l’hô­pi­tal du Scorff à Lo­rient, éga­le­ment épouse de mé­de­cin et mère de fa­mille. Son his­toire in­croyable avait sé­duit la toile et cha­hu­té le monde de l’édi­tion. Le ma­nus­crit de son pre­mier ro­man avait, en ef­fet, été sno­bé par les édi­teurs. So­phie Ory s’était alors au­toé­di­tée sur Ama­zon. Avec suc­cès… jus­qu’au top des ventes ! Les grands édi­teurs avaient alors dé­rou­lé le ta­pis rouge. So­phie Tal Men a choi­si Al­bin Mi­chel qui lui a com­man­dé une tri­lo­gie, vi­ve­ment la suite l’été pro­chain ! ul­tra­lé­gères, le jour de l’en­ter­re­ment de sa mère. Ce re­tour aux sources met le feu aux poudres dans le vil­lage. dont ils parlent com­mence à l’in­quié­ter. Ma­dame je-sais-tout ap­prend à ses dé­pens que la cu­rio­si­té peut être un vi­lain dé­faut… Une jo­lie le­çon de vie me­née tam­bour bat­tant, avec beau­coup de ten­dresse et d’hu­mour. On adore ! Co­rinne Ab­jean

« Entre mes doigts coule le sable », par So­phie Tal Men, Al­bin Mi­chel, 18 ¤.

Ian Fal­co­ner, Seuil jeu­nesse, 15 ¤.

Chau­zy. Pe­lot. Fluide Gla­cial, 18,90 ¤.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.