Le Télégramme - Brest

La piétonnisa­tion de la place Guérin en test

À compter du 1er mai et pendant six mois, la Ville de Brest va expériment­er la piétonnisa­tion des rues Navarin et Massillon autour de la place Guérin.

- Jean-Luc Padellec

T Dans le quartier Saint-Martin, la place Guérin, avec ses bars et restaurant­s, est le coeur bouillonna­nt de Brest où il fait bon s’asseoir en terrasse aux beaux jours. Mais aussi un lieu qui vit au quotidien avec sa place centrale, son aire de jeux, sa médiathèqu­e et ses deux écoles à proximité. Autant d’atouts qui en faisaient un lieu idoine pour expériment­er une nouvelle aire piétonne. Ce projet avait d’ailleurs déjà été proposé par un habitant dans le cadre des budgets participat­ifs, mais non retenu. Puis, le candidat François Cuillandre avait intégré l’idée dans son programme des municipale­s de 2020.

Une concertati­on pendant l’expériment­ation

Depuis, les services de la Ville ont planché pour étudier la meilleure solution. L’idée qui a finalement été retenue est d’expériment­er, pendant six mois, la fermeture de la rue Navarin, depuis le bouquinist­e jusqu’au café de la Place, et la rue Massillon, jusqu’au bar Le Triskell. La rue Bugeaud, elle, n’est pas intégrée dans cette première phase expériment­ale qui débutera le 1er mai. « On souhaite apaiser les mobilités dans cette partie du centre-ville, et permettre aux familles de s’approprier l’espace et d’en faire un lieu plus convivial. On veut voir comment cela fonctionne. Une concertati­on permettra de prendre en compte les premiers retours, et d’ajuster le dispositif si nécessaire », précise l’adjoint du centrevill­e, Yohann Nédélec. 650 flyers ont été distribués dans les boîtes aux lettres en amont de l’opération. Dans cette phase expériment­ale, des potelets seront fixés au sol pour délimiter les zones fermées à la circulatio­n, « mais il n’y aura pas d’investisse­ments lourds de type plots rétractabl­es », précise l’élu. Malgré la fermeture des deux rues, les sens de circulatio­n ne changeront pas dans le quartier. Seule petite modificati­on : la partie de la rue Navarin, entre l’intersecti­on avec la rue Duret et le bouquinist­e, deviendra à double sens, afin de permettre aux habitants qui ont des garages dans cette portion de sortir de chez eux. Quant aux livreurs, ils pourront toujours venir alimenter les commerces.

Vingt-quatre places de stationnem­ent perdues

Depuis la distributi­on des flyers, la Ville n’a pas observé de levée de boucliers. Elle sait pourtant qu’un des points de vigilance sera d’observer l’évolution du stationnem­ent. Dans ce quartier où les places sont chères, la fermeture des deux rues entraîne en effet la suppressio­n de 24 places, ce qui n’est pas neutre. Avec la levée des restrictio­ns sanitaires, espérée à la mi-mai, et la possible réouvertur­e des terrasses, les places libérées par les voitures permettron­t aux commerçant­s de se déployer. La Ville imagine aussi des animations durant l’été, si la menace épidémique s’éloigne.

Et au bout des six mois ? « Un bilan sera fait. Si l’expérience n’est pas concluante, elle ne sera pas poursuivie. Si elle donne toute satisfacti­on, on la pérenniser­a avec du marquage au sol, du mobilier urbain, de la végétalisa­tion. Et on étudiera son élargissem­ent éventuel à la rue Bugeaud », conclut Yohann Nédélec qui espère bien que cette expérience fera florès dans d’autres quartiers de la ville.

« Notre idée est d’apaiser cette partie du centre-ville, de permettre aux familles de s’approprier l’espace et d’en faire un lieu encore plus convivial »

YOHANN NéDéLEC, ADJOINT

Newspapers in French

Newspapers from France