Em­ploi des femmes. 45 ans et alors ?

Le Télégramme - Carhaix - - ECONOMIE -

Sou­vent dis­cri­mi­nées, les femmes de 45 ans peinent à re­trou­ver le che­min de l’em­ploi lors­qu’elles sou­haitent re­prendre leur car­rière pro­fes­sion­nelle. Elles consti­tuent pour­tant un atout pour les en­tre­prises, un maillon in­ter­gé­né­ra­tion­nel in­dis­pen­sable, entre jeunes re­crues et se­niors ame­nés à tra­vailler plus long­temps.

Ac­com­pa­gner et sou­te­nir les femmes de plus de 45 ans dans leur re­tour à l’em­ploi, in­for­mer et sen­si­bi­li­ser les en­tre­prises, tra­vailler avec les pou­voirs pu­blics sur la mixi­té et l’in­ter­gé­né­ra­tion­nel, c’est le cre­do de l’as­so­cia­tion Force Femmes.

Reconnue d’intérêt gé­né­ral, l’as­so­cia­tion a été créée en 2005 par des femmes chefs d’en­tre­prise convain­cues que les femmes de plus de 45 ans consti­tuent une force pour l’en­tre­prise. « Trop sou­vent dis­cri­mi­nées et ayant be­soin d’un ac­com­pa­gne­ment spé­ci­fique, beau­coup de femmes peinent à se ré­in­sé­rer dans un monde pro­fes­sion­nel de plus en plus exi­geant. Elles ont be­soin d’écoute, d’une aide per­son­na­li­sée, d’une orien­ta­tion ou ré­orien­ta­tion vers des for­ma­tions, d’une re­so­cia­li­sa­tion, et sur­tout d’une re­mise en confiance », énu­mère Elise Moi­san, dé­lé­guée gé­né­rale de l’as­so­cia­tion.

Cas­ser les sté­réo­types

C’est le cas de Ch­ris­telle. Lors­qu’à 45 ans, elle perd son em­ploi, elle vit sa pé­riode de chô­mage avec « le sentiment de ne plus rien va­loir sur le mar­ché du tra­vail ». Vi­vant seule avec sa fille, elle a « deux contraintes : re­trou­ver un poste, avec un sa­laire et des ho­raires as­sez ca­drés. C’était très blo­quant dans les en­tre­tiens », se sou­vient-elle. Elle a beau se for­mer à de nou­veaux lo­gi­ciels, « à chaque fois, il man­quait quelque chose, je me sen­tais dé­va­lo­ri­sée », té­moigne-t-elle. « Sa­laire trop éle­vé, sur­di­men­sion­ne­ment des com­pé­tences, faible adap­ta­tion aux nou­velles tech­no­lo­gies ou dif­fi­cul­tés à être ma­na­gée par un jeune… Ch­ris­telle a été confron­tée à tous les sté­réo­types qui freinent l’em­bauche des femmes de son âge », confirme Sté­pha­nie Le­cerf, du ca­bi­net de re­cru­te­mentMi­chael Page.

Seule et en proie au découragement, sa chance se­ra d’être mise en contact avec une bé­né­vole de l’as­so­cia­tion Force Femmes.

Valoriser l’ex­pé­rience

« Elle a sor­ti les points po­si­tifs de mon CV, m’a ap­pris à valoriser mon ex­pé­rience. C’était une bulle de bien­veillance », se fé­li­cite Ch­ris­telle qui, grâce au « ré­seau », re­trouve un CDD d’un an, puis un CDI comme as­sis­tante de di­rec­tion.

C’est éga­le­ment le cas d’Odile. À 47 ans, alors que le der­nier de ses trois en­fants est en ter­mi­nale, cette res­pon­sable de pro­duc­tion dans une so­cié­té de comp­teurs d’eau, qui avait tou­jours été sa­la­riée, se dit que « c’est le mo­ment de créer sa so­cié­té », un site web sur le tou­risme cultu­rel à destination des par­ti­cu­liers et des en­tre­prises. « L’as­so­cia­tion m’a ai­dée à être plus sûre de moi, à être le porte-dra­peau de ma so­cié­té. Car j’avais ten­dance à me sous-éva­luer, à ne pas me sen­tir lé­gi­time, tant que je ne maî­tri­sais pas com­plè­te­ment le su­jet. Je pense que j’avais moins d’am­bi­tion qu’un homme », ana­lyse -t-elle.

Com­pé­tences gé­né­rales

Res­pon­sable France du ré­seau so­cial pro­fes­sion­nel Lin­kedIn, Fa­bienne Ara­ta constate aus­si que « des femmes s’au­to­li­mitent dans les offres aux­quelles elles pour­raient pos­tu­ler parce qu’elles n’ont pas 100 % des com­pé­tences dé­crites dans le poste ». Pour­tant, les en­tre­prises sont de plus en plus at­ten­tives à des qua­li­tés comme la « ca­pa­ci­té à s’adap­ter » et à « créer une équipe », des com­pé­tences plus gé­né­rales, sou­ligne-t-elle.

C’est la convic­tion profonde de l’as­so­cia­tion Force Femmes qui de­puis 2005, a « coa­ché » 25 000 femmes. « En 2018, nous avons eu 46 % de re­tour à l’em­ploi », se fé­li­cite sa pré­si­dente, Vé­ro­nique Mo­ra­li. Un chiffre en­cou­ra­geant, mais qui illustre l’am­pleur de la tâche, au re­gard des sta­tis­tiques de Pole em­ploi. Au qua­trième tri­mestre 2018, 757 000 femmes de plus de 50 ans étaient en re­cherche d’em­ploi, contre 673 000 pour les hommes. La route est en­core longue.

▼ Pra­tique

www.for­ce­femmes.com

De­po­sit­pho­tos

Sou­vent en perte de confiance, les femmes de plus de 45 ans ont pour­tant des ar­gu­ments à faire va­loir auprès des re­cru­teurs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.