Gué­len. Un centre de tir in­door en ligne de mire

Le Télégramme - Carhaix - - QUIMPER - Yves Ma­dec

Un centre de tir in­door de 4 000 m2, plus de 5 M€ d’in­ves­tis­se­ment. C’est un sa­cré pro­jet qui s’ap­prête à sor­tir de terre zone du Grand-Gué­len. Por­té par le cham­pion du monde Éric Grauf­fel qui en­tend faire de Quim­per un haut lieu du tir spor­tif.

On peut être sept fois cham­pion du monde de tir spor­tif de vi­tesse, et une fois chez les jeunes, et ne dis­po­ser d’aucun stand de tir dans son sec­teur pour s’en­traî­ner. C’est tout le pa­ra­doxe du Quim­pé­rois Éric Grauf­fel, qui s’exerce donc à l’étran­ger de­puis de longs mois pour se main­te­nir au haut ni­veau.

« Il y a bien un site na­tio­nal à Châ­teau­roux, mais il est fé­dé­ral, il fait donc un peu de for­ma­tion ou des com­pé­ti­tions, mais pas d’en­traî­ne­ments », in­dique-t-il. Des pas de tir existent en Cor­nouaille et au-de­là (El­liant, Plo­néour, Guis­criff, Vannes, Qui­be­ron..), mais pas du ni­veau des struc­tures pro­fes­sion­nelles aux­quelles il aspire. Il faut dire que les centres de tir n’ont pas tou­jours bonne presse. Pour preuve ce­lui de Plu­guf­fan qui a dé­fi­ni­ti­ve­ment fer­mé ses portes en juin 2017 après des plaintes.

Une struc­ture qui avait pris la suite de celle de la route de Douar­ne­nez à Quim­per, où Éric avait com­men­cé à ap­prendre son art au­près d’un père pas­sion­né, an­cien cham­pion de France mi­li­taire. « Au­jourd’hui, en France, il est très dif­fi­cile de faire un mé­tier d’armes, as­sure le Quim­pé­rois. Au-de­là de l’as­pect ad­mi­nis­tra­tif, il y a ce que pensent les gens. Le tir est bien mieux vu à l’étran­ger. C’est ou­blier que dans les an­nées 30, le tir était ré­gle­men­té dans les écoles en France ».

« Une vraie salle de sport »

Créer son propre centre a tou­jours trot­té dans la tête de ce chef d’en­tre­prise, qui em­ploie quatre per­sonnes dans la vente et la pré­pa­ra­tion de ma­té­riel de tir. « Dans ce que j’imaginais, je voyais une struc­ture pro­fes­sion­nelle comme j’en ai vu peu à tra­vers le monde. Seule­ment deux, l’une aux USA, l’autre en Rus­sie. Un en­droit où les gens ont en­vie de ve­nir, avec de l’en­ca­dre­ment tout sur place. Une vraie salle de sport ».

Ar­mé d’un sa­cré dos­sier, et d’un spon­sor comme No­bel sport, Éric Grauf­fel a donc ima­gi­né la EG-CZ Academy (CZ pour Česká zbro­jov­ka, firme spé­cia­li­sée dans la fa­bri­ca­tion d’armes), une struc­ture in­door pour les ti­reurs spor­tifs et les ad­mi­nis­tra­tions (po­lice, gen­dar­me­rie, douanes…). Avec un ac­cès à dif­fé­rentes dis­ci­plines : tir tra­di­tion­nel à 25 m, tir sur cibles mé­tal­liques et gongs, tir spor­tif de vi­tesse…

Des en­traî­ne­ments, des com­pé­ti­tions

L’in­ves­tis­se­ment se monte à plus de 5 M€, avec cinq em­plois à la clé. Le site ser­vi­ra aus­si bien à l’en­traî­ne­ment qu’à la com­pé­ti­tion. « On de­vrait en or­ga­ni­ser quatre par an, à rai­son de 300 com­pé­ti­teurs pré­sents. Ce n’est pas énorme, un cham­pion­nat du monde c’est 2 000 per­sonnes ». Éric Grauf­fel n’ou­blie pas non plus le vo­let stages et for­ma­tion, lui qui, en tant que di­plô­mé du bre­vet d’État fran­çais et mo­ni­teur fé­dé­ral de la Fé­dé­ra­tion fran­çaise de tir, dis­tille son sa­voir à tra­vers la France et en­cadre éga­le­ment les équipes de France. « Les for­ma­tions, les stages, mais aus­si la salle de sport, les op­por­tu­ni­tés se­ront nom­breuses. Nous pour­rons pré­pa­rer les fu­turs cham­pions à Quim­per », as­sure-t-il.

Dé­jà des de­mandes de ré­ser­va­tions

S’il y en a un qui croit dur comme fer à ce pro­jet, c’est bien le fu­tur di­rec­teur de l’aca­dé­mie, Jean-Michel La­my. Ori­gi­naire d’Al­bi, ce der­nier a lâ­ché son res­tau­rant de la ban­lieue tou­lou­saine pour em­boî­ter le pas d’Éric Grauf­fel. Ti­reur de­puis une di­zaine d’an­nées, mo­ni­teur na­tio­nal de tir spor­tif, il n’a pas vou­lu lais­ser pas­ser cette op­por­tuet ni­té. « Quand on vous pro­pose de par­ti­ci­per à la créa­tion d’un stand de tir in­door, vous ne ré­flé­chis­sez pas long­temps, confie-t-il. Sur­tout que j’avais un peu fait le tour de mon mé­tier. C’est un beau chal­lenge. Ce­la fait deux ans qu’on en parle. Chez moi, on m’a un peu re­gar­dé avec des grands yeux quand j’ai évo­qué ma ve­nue en Bre­tagne. Mais j’ai bien ré­flé­chi. Et puis le nom de Grauf­fel, ça at­tire dans ce mi­lieu ».

Le pro­jet ayant dé­jà été pré­sen­té il y a deux mois à l’oc­ca­sion de sa­lons spé­cia­li­sés, l’aca­dé­mie a dé­jà ses pre­miers clients po­ten­tiels. La fé­dé­ra­tion an­glaise de tir s’est ren­sei­gnée pour l’ac­cueil de 700 per­sonnes dans l’an­née. Comme le veut la tra­di­tion, les An­glais ont donc ti­ré les pre­miers.

Ima­gi­né par le cham­pion du monde Éric Grauf­fel (à droite), le fu­tur centre de tir du Grand-Gué­len se­ra di­ri­gé par Jean-Michel La­my, ve­nu spé­cia­le­ment d’Al­bi (81).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.