Les voies vertes à vé­lo

Le Télégramme - Carhaix - - BRETAGNE - Paul Bo­hec

Plus de

600 cy­clo­ran­don­neurs sont at­ten­dus par l’as­so­cia­tion concar­noise « Deux roues et + », le sa­me­di 18 mai, pour par­ti­ci­per à la deuxième édi­tion de la TransFi­nis­té­rienne. De Châ­teau­lin à Ca­rhaix puis à Concar­neau. Une ma­ni­fes­ta­tion spor­tive sou­te­nue par le con­seil dé­par­te­men­tal pour mettre en va­leur les voies vertes du Fi­nis­tère.

« Une aven­ture à vé­lo sur une jour­née, à faire entre amis ou en fa­mille ». Voi­là com­ment Christophe Fa­li­gon et Yvon Tan­né, deux des membres de l’as­so­cia­tion concar­noise « Deux roues et + » pré­sentent leur bé­bé qu’est la TransFi­nis­té­rienne. Après une pre­mière édi­tion en 2018, la voi­là qui re­vient sur un nou­veau par­cours mais avec la même idée : faire dé­cou­vrir au grand pu­blic les vé­lo­routes et voies vertes du dé­par­te­ment.

Plu­sieurs itinéraires entre Châ­teau­lin et Concar­neau

L’an pas­sé, la voie verte V7, de Ros­coff à Concar­neau, avait été mise à l’hon­neur. Cette an­née, le dé­part est pro­gram­mé à Châ­teau­lin, di­rec­tion le châ­teau de Tré­va­rez, puis Ca­rhaix, pour un ar­rêt pique-nique. Les cy­clo­ran­don­neurs em­braye­ront en­suite sur la fin de la V7 jus­qu’à Concar­neau. « Nous ne voyons pas l’in­té­rêt de re­faire le même par­cours », si­gnale Christophe Fa­li­gon. Au to­tal, cinq itinéraires sont pos­sibles : de 17 ki­lo­mètres pour le plus court (Ro­spor­den - Concar­neau) jus­qu’à 153 ki­lo­mètres au dé­part de Châ­teau­lin (31, 70 et 105 ki­lo­mètres pour les autres).

« Beau­coup de par­ti­ci­pants pas­se­ront pour la pre­mière fois la barre des 100 ki­lo­mètres sur la TransFi­nis­té­rienne », sou­rient les or­ga­ni­sa­teurs qui pré­cisent im­mé­dia­te­ment que cette ma­ni­fes­ta­tion spor­tive n’est pas une com­pé­ti­tion. « Tout le monde est in­vi­té à y prendre part : du VTT au cy­clo, en pas­sant par le tan­dem, le vé­lo gra­vel (hy­bride, adap­té aux longues dis­tances) et même ceux qui tractent des re­morques pour en­fants ».

Tou­ristes et usa­gers ré­gu­liers

La TransFi­nis­té­rienne reste aus­si l’oc­ca­sion de mettre un coup de pro­jec­teur sur les voies vertes que compte le dé­par­te­ment. « C’est l’oc­ca­sion de faire connaître nos vé­lo­routes, qui sont de plus en plus nom­breuses et que nous dé­ve­lop­pons », sou­ligne Ar­melle Hu­ru­guen, vice-pré­si­dente du con­seil dé­par­te­men­tal dé­lé­guée aux ter­ri­toires et à l’en­vi­ron­ne­ment. « Lors de la sai­son tou­ris­tique, les campings le long des voies vertes pro­fitent d’ailleurs de ce tou­risme vert, mais ces voies pour les vé­los bé­né­fi­cient éga­le­ment aux usa­gers ré­gu­liers avec des écoles à proxi­mi­té, comme entre Ro­spor­den et Concar­neau ».

Une vé­lo­route cou­rant tout le long du lit­to­ral fi­nis­té­rien est d’ailleurs par­tiel­le­ment réa­li­sée, avec un pro­jet de ja­lon­ne­ment. Le sec­teur nord du Cap Si­zun, no­tam­ment, est à l’étude. « On se greffe sur des pro­jets exis­tants pour or­ga­ni­ser cette TransFi­nis­té­rienne », ex­pliquent les membres de « Deux roues et + », qui se pro­jettent dé­jà sur l’édi­tion 2020. Une ar­ri­vée à Quim­per est d’ores et dé­jà ac­tée avec l’am­bi­tion d’at­ti­rer le plus grand nombre de Bre­tons pos­sibles. Quoi qu’il en soit, plus de 600 per­sonnes sont at­ten­dues dès le 18 mai.

▼ Pra­tique

Ins­crip­tions et in­for­ma­tions sur www.la­trans­fi­nis­te­rienne.fr

Des na­vettes sont pro­po­sées pour re­joindre les points de dé­part le ma­tin et le soir.

Pho­to DR

Lors de la pre­mière édi­tion de la TransFi­nis­té­rienne, l’an der­nier, 384 cy­clos s’étaient élan­cés sur la voie verte entre Ros­coff et Concar­neau.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.