Her­lé­dant : « On est en D2 ! »

Le Télégramme - Carhaix - - VOILE - Re­cueilli par Philippe Eliès

Equi­pier de Franck Cam­mas lors de la der­nière Coupe de l’Ame­ri­ca aux Ber­mudes, le Con­car­nois Oli­vier Her­lé­dant (38 ans) na­vigue main­te­nant sur le nou­veau cir­cuit Sail GP, à bord du F50 pi­lo­té par Billy Bes­son. A San Francisco, les Fran­çais ont pris la cin­quième place, loin des pre­miers. « Il y a deux di­vi­sions et, pour l’instant, on joue en D2 », dit-il. > Quelle(s) dif­fé­rence(s) existent-ils entre le F50 du Sail GP et le ca­ta­ma­ran AC50 uti­li­sé lors de la der­nière Coupe de l’Ame­ri­ca ?

Les prin­ci­pales dif­fé­rences concernent tout ce qu’il y a dans l’eau, sur le de­si­gn des foils. Ce qui per­met de re­cu­ler le mur du son, c’est-à-dire d’al­ler plus vite, plus long­temps, avant de bu­ter sur la ca­vi­ta­tion. Ce­la change les vi­tesses très sen­si­ble­ment. Là où nous étions à 40 noeuds avec l’AC50 aux Ber­mudes, avec le F50, nous al­lons au­jourd’hui à 50 noeuds. Au por­tant, il y a une grande dif­fé­rence. En­suite, il y a plein de pe­tits dé­tails ici et là, des choses qui étaient bri­dées par la jauge de la Coupe de l’Ame­ri­ca et qui ont été li­bé­rées. On a le droit à un peu d’as­sis­tance sur le contrôle d’in­ci­dence des foils, ce­la nous fa­ci­lite la vie. Une fois qu’on au­ra maî­tri­sé tout ce­la, on de­vrait être en me­sure de pas­ser de belles ma­noeuvres, d’al­ler plus vite sur les par­cours.

> Mis à part Billy Bes­son à la barre et Ma­rie Riou au ré­glage des foils, l’équi­page est très proche de ce­lui qui était aux Ber­mudes, no­tam­ment avec les Bre­tons Mat­thieu Van­dame et De­van Le Bi­han…

Oui, sauf que là, De­van est bles­sé, donc nous avons deux ma­rins qui sont ve­nus nous ai­der, Ni­co­las Heintz (un an­cien de Team France) et Bru­no Mour­niac (Team France Jeunes). Ma­thieu Van­dame était ef­fec­ti­ve­ment win­cheur sur Team France et main­te­nant, il s’oc­cupe du ré­glage de l’aile. Ce sont des pe­tites nuances, même s’il y a pas mal de vi­sages connus.

> Quelle est votre marge de pro­gres­sion ?

On a moyen de pro­gres­ser (1). A Syd­ney, il y avait deux di­vi­sions : les Aus­tra­liens et les Ja­po­nais étaient in­tou­chables. Nous, nous étions en deuxième di­vi­sion et on joue en­core en D2. Mais ça reste de la ré­gate et il peut se pas­ser des choses. Les dé­parts sont hy­per im­por­tants. Tout le monde s’est en­traî­né, tout le monde pro­gresse mais, pour l’instant, on joue en D2.

> Ce cir­cuit Sail GP est fi­nan­cé par le ri­chis­sime amé­ri­cain Lar­ry El­li­son. Avez-vous le sen­ti­ment de na­vi­guer sur un cir­cuit très éli­tiste, com­plè­te­ment fer­mé ?

C’est le contraire puisque c’est de la mo­no­ty­pie. Au ni­veau spor­tif, ce sont donc les ma­rins qui font la dif­fé­rence puisque nous avons tous les mêmes moyens, les mêmes ba­teaux. Ac­tuel­le­ment, les Aus­tra­liens et les Ja­po­nais ne sont pas meilleurs que nous parce qu’ils ont plus d’ar­gent, mais simplement parce qu’ils uti­lisent mieux les ba­teaux. C’est su­per ex­ci­tant de se battre contre des ad­ver­saires qui ont les mêmes moyens que les tiens. Là, on en est en­core à la mise en place du cir­cuit, donc il est lo­gique qu’il y ait des écarts entre les dif­fé­rentes équipes qui tâ­tonnent. Mais je pense que tout le monde va mon­ter en puissance, il y au­ra un lis­sage du ni­veau. Nous, en tant qu’équi­pier, nous avons un en­ga­ge­ment sur l’an­née, mais il y a clai­re­ment une vision sur le long terme. Ce cir­cuit est là pour du­rer au moins trois-quatre ans. Ce n’est pas un « one shot ». (1) : les équi­pages n’ont pas le droit de s’en­traî­ner entre les étapes. Ils peuvent en re­vanche uti­li­ser le si­mu­la­teur à Londres.

▼ Les clas­se­ments

2e étape (San Francisco) : 1. Aus­tra­lie 47 points ; 2. Ja­pon 46 pts ; 3. Grande-Bre­tagne 43 pts ; 4. EtatsU­nis 37 pts ; 5. France 28 pts ; 6. Chine 27 pts.

Gé­né­ral (2 étapes) : 1. Aus­tra­lie (Tom Sling­sby) 93 pts ; 2. Ja­pon (N. Out­te­ridge) 91 pts ; 3. Gran­deB­re­tagne (D. Flet­cher) 79 pts ; 4. USA (R. Kir­by) 68 pts ; 5. France (B. Bes­son) 61 pts ; 6. Chine (P. Ro­bert­son) 60 pts.

Pho­to Eloi Sti­chel­baut

Oli­vier Her­lé­dant (ici de­bout) : « C’est su­per ex­ci­tant de se battre contre des ad­ver­saires qui ont les mêmes moyens que les tiens ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.