« Énorme au ni­veau de la no­to­rié­té »

Le Télégramme - Carhaix - - BRETAGNE -

À la tête du Comp­toir des pains, à Ploué­nan (29), Ch­ris­tian Pi­cart avait, en 2015, dé­cro­ché la troi­sième place du concours La meilleure bou­lan­ge­rie de France (M6) dans le­quel 73 can­di­dats étaient en lice. À 55 ans, au­jourd’hui, le bou­lan­ger re­vient sur cette ex­pé­rience qu’il qua­li­fie de « su­per souvenir ». > Pour­quoi vous étiez-vous ins­crit à ce concours ?

C’est la chaîne M6 qui avait lan­cé un ap­pel à can­di­da­tures au­près de la po­pu­la­tion et qui di­sait en sub­stance ce­ci : si le bou­lan­ger de votre com­mune mé­rite de concou­rir à La meilleure bou­lan­ge­rie de France, con­tac­tez-nous. Dans le Fi­nis­tère, 28 bou­lan­gers avaient ain­si été re­te­nus dans un pre­mier temps. Deux ont en­suite été sé­lec­tion­nés pour la fi­nale ré­gio­nale après un en­tre­tien té­lé­pho­nique de trois heures où j’ai dû ré­pondre à des ques­tions sur mon par­cours pro­fes­sion­nel, ma fa­mille, mes spé­cia­li­tés…

> Comment s’est dé­rou­lé le tour­nage ?

Lors de la fi­nale ré­gio­nale, à Rennes, nous étions un par dé­par­te­ment. J’ai ter­mi­né pre­mier après avoir concoc­té mon rou­lé au blé noir à l’an­douille de Gué­me­né et au confit d’oi­gnons de Ros­coff. Pour la fi­nale na­tio­nale, à Pa­ris, nous étions dix concur­rents, dont un était éli­mi­né par jour. Moi et Ni­co­las, mon pâ­tis­sier, nous avons été éli­mi­nés au bout du neu­vième jour. Nous avons donc fi­ni troi­sièmes.

> Quel souvenir en gar­dez­vous ?

Ce fut un su­per souvenir pour moi, pour toute l’équipe du Comp­toir des pains (dix per­sonnes) mais aus­si pour toute la com­mune de Ploué­nan (2 500 ha­bi­tants). L’en­semble de la po­pu­la­tion a vécu toute l’aven­ture en même temps que nous et avec nous. Les Ploué­na­nais étaient fiers de nous et nous, nous étions fiers d’eux. Les jours de l’émis­sion, vers 17 h, nous au­rions pu fer­mer la bou­lan­ge­rie car il n’y avait plus per­sonne en ville. Ce fut gra­ti­fiant au ni­veau per­son­nel et hu­main.

> Quelles ont été les re­tom­bées ?

Au ni­veau de la no­to­rié­té, ce fut énorme. Idem sur le plan de notre chiffre d’af­faires qui a pro­gres­sé de 60 à 70 % pen­dant quatre-cinq mois après la fi­nale. Avant l’émis­sion, on ven­dait, par jour, 20 rou­lés au blé noir à l’an­douille et on est pas­sé à 200 le week-end. Le plus dur fut de pro­duire da­van­tage tout en main­te­nant la qua­li­té. Cette émis­sion m’a aus­si per­mis de m’ou­vrir sur le monde. J’ai ef­fec­tué des dé­mons­tra­tions en Co­rée, en Chine, en Ukraine… J’ai aus­si in­té­gré les am­bas­sa­deurs du pain, une as­so­cia­tion com­po­sée de 125 membres ré­par­tis sur 25 pays.

Pho­to Le Té­lé­gramme

Ch­ris­tian Pi­cart, troi­sième du concours « Meilleure bou­lan­ge­rie de France » en 2015.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.