Fañch Mor­van­nou a consa­cré sa vie à la langue bre­tonne

Le Télégramme - Carhaix - - BRETAGNE - Tangi Le­pro­hon

Lin­guiste et uni­ver­si­taire re­con­nu, Fañch Mor­van­nou est dé­cé­dé, lun­di, à Brest, à l’âge de 87 ans. Cer­tains di­ront qu’il s’était voué à la dé­fense de la langue bre­tonne comme d’autres entrent en re­li­gion. Avec foi, hu­mi­li­té et en­vie de par­ta­ger son im­mense sa­voir. Fañch Mor­van­nou était en tout cas, de­puis des dé­cen­nies, l’un des plus fi­dèles mi­li­tants de cette cause. Et son nom res­te­ra à ja­mais as­so­cié à la mé­thode As­si­mil. Lors­qu’en 1975 pa­raît « Le bre­ton sans peine » au sein de la cé­lèbre mai­son d’édi­tion, c’est un pe­tit choc cultu­rel pour les gé­né­ra­tions d’après-guerre, celles dont les pa­rents ont « omis » de trans­mettre la langue par­lée par les grands-pa­rents. À l’époque, le ré­seau des écoles Di­wan n’existe pas en­core et les classes bi­lingues sont qua­si in­exis­tantes. Pour beau­coup, la mé­thode de Fañch Mor­van­nou, alors maître-as­sis­tant à l’Uni­ver­si­té de Bre­tagne oc­ci­den­tale (UBO) à Brest, et membre du Centre de re­cherche bre­tonne et cel­tique (CRBC), re­pré­sente un vé­ri­table sé­same pour re­nouer les liens avec une langue qu’ils ne com­prennent pas mais qui a pour­tant bai­gné leur en­fance.

Un pro­fes­seur qui a mar­qué des gé­né­ra­tions

En tant qu’en­sei­gnant, jus­qu’à sa re­traite en 1998, il a mar­qué nombre d’étu­diants dé­bu­tants ou confir­més. « Sa très fine connais­sance du bre­ton et du fran­çais, son iro­nie pi­quante et sa vaste culture fai­saient de ses cours des pa­ren­thèses en­chan­tées », té­moigne Ro­nan Cal­vez, di­rec­teur du CRBC. Long­temps membre de l’Union dé­mo­cra­tique bre­tonne, ce lin­guiste agré­gé de lettres clas­siques et doc­teur en cel­tique, fut le di­rec­teur du men­suel Po­bl Vreizh de 1976 à 1982. Il fut aus­si membre de la com­mis­sion in­ter­dio­cé­saine de tra­duc­tion des textes li­tur­giques en langue bre­tonne de 1999 à 2004, et co­or­di­na­teur de la com­mis­sion Yezh ha se­ve­na­dur (Langue et culture bre­tonne) du dio­cèse de Quim­per de 2005 à 2010. Veuf et père de trois en­fants, Fañch Mor­van­nou avait été nom­mé che­va­lier de l’Ordre de Saint-Gré­goi­rele-Grand par le pape Fran­çois en 2013. Des en­ga­ge­ments suc­ces­sifs et à pre­mière vue op­po­sés qui ré­pon­daient à sa de­vise per­son­nelle : Feiz ha Breizh (foi et Bre­tagne).

Pho­to ar­chives Le Té­lé­gramme

Au­teur de la mé­thode As­si­mil « Le bre­ton sans peine », l’uni­ver­si­taire Fañch Mor­van­nou avait pris sa re­traite en 1998.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.