Un an ferme pour ce­lui « qui avait tout pour s’en sor­tir »

Le Télégramme - Carhaix - - QUIMPER -

Un Foues­nan­tais de 30 ans com­pa­rais­sait, mar­di, dans le cadre de deux af­faires de conduite sous l’em­pire d’un état al­coo­lique et de stu­pé­fiants. Ce père de fa­mille de trois en­fants, au ca­sier ju­di­ciaire lour­de­ment char­gé, a été condam­né à un an d’em­pri­son­ne­ment par le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Quim­per.

« Je bous, il m’énerve : il y en a qui n’ont rien et, lui, il a tout. Tout pour réus­sir et s’en sor­tir. Une fa­mille, des en­fants, un lo­ge­ment, un tra­vail… », gronde Me Dupont, l’avo­cate du pré­ve­nu, au mo­ment de dé­fendre son client. Mar­di, cet ou­vrier en blan­chis­se­rie en ré­in­ser­tion com­pa­rais­sait pour deux af­faires. La pre­mière re­monte au mois de dé­cembre. Rou­lant à vive al­lure en di­rec­tion du centre-ville de Quim­per, il avait été pris en chasse par des fonc­tion­naires de po­lice. Mal­gré leur si­rène, leurs gy­ro­phares et des ap­pels de phares, le tren­te­naire avait re­fu­sé de s’ar­rê­ter. Fi­na­le­ment rat­tra­pé, à pied, après avoir aban­don­né son vé­hi­cule, il avait été contrô­lé avec un taux d’al­cool de 0,96 g dans le sang et po­si­tif au can­na­bis.

À 16 h 50, jeu­di, au ni­veau du quar­tier du Cap-Horn, il a de nou­veau été contrô­lé par les forces de l’ordre. Son vé­hi­cule, une Re­nault Clio, était ga­ré sur un em­pla­ce­ment han­di­ca­pé, la por­tière ou­verte. Le pré­ve­nu, sous l’em­pire d’un état al­coo­lique - 0,88 g/l d’al­cool dans le sang - s’est éga­le­ment avé­ré po­si­tif au can­na­bis, à la co­caïne et aux am­phé­ta­mines. Pla­cé en garde à vue dans la fou­lée, il était en dé­ten­tion de­puis.

Vingt men­tions au ca­sier

Yeux vis­sés sur le sol, le pré­ve­nu jette de nom­breux re­gards vers la salle d’au­dience où ses proches sont as­sis. « Je n’ai ja­mais pas­sé le per­mis de conduire », avoue-t-il, contrit, au tri­bu­nal. Sor­ti de pri­son en août 2018, son ca­sier ju­di­ciaire fait trace de 20 condam­na­tions. In­ter­ro­gé par la pré­si­dente sur ses ex­pli­ca­tions, il fi­nit par fondre en larmes : « J’ai to­ta­le­ment per­du pied, je suis dé­truit, dé­mo­li… Je n’ai res­pec­té per­sonne : ni mes en­fants, ni ma femme, ni mon pe­tit frère… ». Ce­lui-ci a été vic­time d’un grave ac­ci­dent de la route en dé­but d’an­née.

« Il y a vi­si­ble­ment un pro­gramme d’au­to­des­truc­tion en vous, constate le pro­cu­reur Em­ma­nuel Phelippeau. Quand on a tou­ché le fond, on ne peut que re­mon­ter. Vous n’avez que 30 ans, je re­fuse de croire que votre vie est fou­tue, pre­nez-vous en main : faites le job ! », lance-t-il lors de ses ré­qui­si­tions. « Il est temps que j’as­sume », re­con­naît Gabriel Ro­bin.

Le tri­bu­nal l’a condam­né à un an de pri­son ferme, confor­mé­ment aux ré­qui­si­tions du mi­nis­tère pu­blic.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.