Brest – Niort. Cinq bonnes rai­sons de ne pas ra­ter le match

Le Télégramme - Carhaix - - BREST. LE FAIT DU JOUR - ▼ Le ren­dez-vous Ce soir, dé­but du match à 20 h 45

1. Parce que le pa­ra­dis est à la clé

Quel que soit le ré­sul­tat du pour­sui­vant le plus proche (l’ESTAC avec 67 points), si le Stade Brestois gagne Niort ce ven­dre­di, l’ac­ces­sion en Ligue 1 se­ra ac­tée. D’autres scé­na­rios pour­raient éga­le­ment va­li­der cette mon­tée, mais ils dé­pen­draient alors du ré­sul­tat de la ren­contre Cler­mont/Troyes. Le coup de sif­flet fi­nal don­né par William La­vis pour­rait plon­ger le Fi­nis­tère dans une grande fête. Brest en Ligue1, ce n’est pas que du foot­ball, ce se­rait une vi­trine ex­cep­tion­nelle pour toute une ville.

2. Parce que les sup­por­ters des Ty-Zefs se­ront par­tout

Per­sonne dans Brest cette se­maine n’a pu pas­ser à cô­té de ce su­jet de conver­sa­tion. Que ce soit dans un bar ou dans la cour de l’école, la ques­tion est om­ni­pré­sente. Les Ty-Zefs réa­li­se­ront-ils la prouesse de his­ser le club dans le top 20 Fran­çais ? La fer­veur est to­tale. Le match se joue­ra à gui­chets fer­més. Les 14 500 places ont été prises d’as­saut dès l’ou­ver­ture des ventes. Un re­cord d’af­fluence de­puis le re­tour du club en Ligue 2 au terme de la sai­son 20122013, ren­du pos­sible grâce à la ré­ou­ver­ture de la tri­bune Brit­ta­ny Fer­ries. Pour ceux qui n’ont pas eu la chance de trou­ver une place, ren­dez-vous à l’Are­na (gra­tuit sur ins­crip­tion, sous réserve de places en­core dis­po­nibles sur billet­te­rie.bres­ta­re­na.com), dans quelques bars de la ville ou de­vant son pe­tit écran.

3. Parce que c’est le der­nier match à do­mi­cile

Clap de fin, la sai­son ré­gu­lière 20182019 of­fi­ciant route de Quim­per s’achève. Après ce match, les dis­cus­sions au­tour d’un nou­vel exer­cice s’ac­ti­ve­ront, et il fau­dra pa­tien­ter jus­qu’en août pour as­sis­ter de nou­veau au spec­tacle. Alors oui, on en pro­fite à fond !

4. Parce que le Cha­mois nior­tais est une bête bles­sée

Niort a ga­gné un seul match de­puis jan­vier. Sur 51 points pos­sibles, ils en ont pris 12. Cette sai­son, ils n’ont ja­mais ga­gné sur les pe­louses des cinq ac­tuelles pre­mières équipes de la Do­mi­no’s Ligue 2. Avec ses 44 points au clas­se­ment gé­né­ral, Niort n’a of­fi­ciel­le­ment plus rien à jouer. On se mé­fie­ra tout de même de cet ad­ver­saire, au sein du­quel quelques in­di­vi­dua­li­tés pour­raient vou­loir se dé­mar­quer. On leur at­tri­bue éga­le­ment une bonne note pour leur co­pie ren­due face à Lo­rient lun­di der­nier (Ils ont me­né au score jus­qu’à la 90’+4).

5. Parce que des re­cords peuvent être bat­tus

De­puis 1950, le Stade Brestois a vé­cu quatre ac­ces­sions de Ligue 2 à Ligue 1 (1979, 1981, 1989, 2010). Le re­cord de points ob­te­nu au terme de l’une de ces mon­tées est de 75, en 1989 à l’époque du Brest Ar­mo­rique. Avec ses 71 points, les Ty-Zefs pour­raient sur les deux der­niers matches faire tom­ber ce re­cord. Cô­té buts ins­crits, il y a aus­si une per­for­mance à sur­pas­ser : 69 avaient été mar­qués par Brest lors de l’exer­cice 1978-1979. Cette sai­son, les rouges et blancs ont fait vi­brer 61 fois les fi­lets ad­verses, le re­cord peut donc être bat­tu. Gaë­tan Char­bon­nier pour­ra éga­le­ment dé­trô­ner Pa­trick Mar­tet (26 buts) et de­ve­nir l’at­ta­quant le plus pro­duc­tif en une sai­son du SB29.

Ni­co­las Créach

Ce ven­dre­di, Gaë­tan Char­bon­nier pour­rait dé­trô­ner Pa­trick Mar­tet et de­ve­nir l’at­ta­quant le plus pro­duc­tif du SB29 en une sai­son.Pho­to

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.