Foot­ball. Ligue 2 : Brest at­tend sa mon­tée

Le Télégramme - Carhaix - - HIPPISME - Mael Moi­zant

Bor­dé par un en­vi­ron­ne­ment qui ba­lance entre op­ti­misme à ou­trance et dé­fai­tisme ex­ces­sif, le Stade Brestois a ren­dez-vous, ce ven­dre­di soir, avec son en­vieuse réa­li­té. Il peut cou­ron­ner sa très belle sai­son d’une mon­tée en Ligue 1 dans son stade plein à cra­quer contre Niort.

Main­te­nant, il n’y a plus qu’eux. Pen­dant une se­maine, les joueurs brestois ont cé­dé le ter­rain à tous ceux, bien­veillants ou non, qui avaient un avis tran­ché ou un sentiment pro­fond à ex­pri­mer sur leur échec à Bé­ziers (1-0) et son im­pact sur les chances de mon­ter en Ligue 1. C’est le jeu. Après tout, ils ont eu l’oc­ca­sion de va­li­der leur mon­tée dans l’Hé­rault mais ne l’ont pas sai­sie.

Une se­maine plus tard, le train re­passe et, dans le pire des cas, re­pas­se­ra une der­nière fois à Metz dans sept in­ter­mi­nables jours. Mais la plus belle oc­ca­sion est pour ce soir. Tous les voyants sont au vert, en dé­pit des couacs des der­niers jours qui n’au­ront plus d’im­por­tance à 20 h 45. Les Brestois en­tre­ront sur la pe­louse contre Niort en sa­chant qu’une vic­toire as­su­re­ra leur re­tour dans l’élite.

« Ce groupe de 25 joueurs est al­lé se cher­cher ça », in­siste Jean-Marc Fur­lan. Une ma­nière de rap­pe­ler qui a le pre­mier rôle d’une éven­tuelle mon­tée, dans un contexte de suc­cès où il y a tou­jours plus de monde pour se glis­ser sur la pho­to que les an­nées d’échec.

Une sai­son de performances, mais il en manque une...

Leur sai­son est une suite de belles séries, de vic­toires (vingt) et peu de dé­faites (cinq), de fortes émo­tions, le tout em­bal­lé d’une maî­trise qui a per­mis aux Brestois de s’em­pa­rer de la deuxième place le 2 no­vembre pour ne plus la quit­ter. Ce­la la si­tue, la per­for­mance. Il en manque une. Une vic­toire pour évi­ter de se sou­cier, en­core et en­core, des aven­tures troyennes. De­vant ce sus­pense in­sou­te­nable, les sup­por­ters ont du mal à sa­voir sur quel pied dan­ser. De­vant l’en­jeu qui s’éter­nise, le ves­tiaire, lui, reste « très froid » dé­crivent, au mot près, le dé­fen­seur An­tho­ny We­ber et son en­traî­neur. « Ici, rien n’a chan­gé », ajoute Fur­lan, confir­mé par l’am­biance qui a tra­ver­sé cette se­maine le centre d’en­traî­ne­ment de Ker­laurent, d’af­fluence égale, du moins jus­qu’à jeu­di après-mi­di, où une cen­taine de sup­por­ters ont as­sis­té sous le so­leil à la der­nière séance, et d’hu­meur égale avec un groupe en­joué mais qui a mis de l’in­ten­si­té dans toutes ces op­po­si­tions. D’un match d’en­traî­ne­ment à ce match à nul autre pa­reil, il y au­ra en plus un soup­çon ou une chape de pres­sion sup­plé­men­taire, celle qui fi­nit par re­mon­ter quand la ligne d’ar­ri­vée se rap­proche. Et elle est toute proche ! Si proche que dix-huit équipes dans cette Ligue 2 (plus trois en Ligue 1) en­vient la po­si­tion du Stade Brestois, à une vic­toire de l’élite qu’il a l’oc­ca­sion de dé­cro­cher dans l’in­can­des­cence de Fran­cis-Le Blé à gui­chets fer­més.

Ja­mais aus­si près de la Ligue 1 de­puis 2013

15 000 privilégiés ont ga­gné la chasse aux billets. Ce 10 mai 2019 au moins, Brest au­rait rem­pli un stade de 25 000 places dans une ville qui at­tend la Ligue 1 de­puis six ans. Le feu d’ar­ti­fice est prêt, ca­ché dans les car­tons tant que… « On sait toute l’in­cer­ti­tude du foot­ball, on n’a rien an­ti­ci­pé sur le bon­heur ou la joie », dit en­core Fur­lan, qui a sû­re­ment re­gar­dé la Ligue des cham­pions cette se­maine…

Brest n’a ja­mais été aus­si près de la Ligue 1 de­puis 2013, n’a ja­mais été aus­si bon à la mai­son que cette sai­son et n’a ja­mais eu aus­si peu de bles­sés de­puis août, tan­dis que son ad­ver­saire est main­te­nu de­puis lun­di soir. Ça res­semble très très fort à une an­née pour mon­ter. C’est pour ce soir ?

▼ Ce ven­dre­di (20 h 45)

Pho­to Ni­co­las Créach

Les joueurs brestois re­viennent sur le de­vant de la scène. Il leur ap­par­tient de va­li­der la mon­tée, leur mon­tée, ce ven­dre­di soir contre Niort.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.