Un dé­bat sur la place des femmes en po­li­tique

Le Télégramme - Carhaix - - QUIMPER - Ro­nan Lar­vor

Les Ré­pu­bli­cains or­ga­nisent un « ca­fé po­li­tique » à Quim­per, lun­di, au­tour d’Agnès Evren, nu­mé­ro 2 de la liste du par­ti aux Eu­ro­péennes. Le dé­bat se­ra consa­cré à la place des femmes en po­li­tique. Va­lé­rie Le­cerfLi­vet, ad­jointe à Quim­per, éga­le­ment can­di­date, ex­plique ses choix. > Vous êtes can­di­date aux Eu­ro­péennes pour la deuxième fois ?

En 2014, j’étais en 18e (et der­nière) po­si­tion. Mais il s’agis­sait d’un scru­tin par cir­cons­crip­tion. J’avais été sol­li­ci­tée par Alain Ca­dec, tête de liste pour l’Ouest, pour re­pré­sen­ter le Fi­nis­tère, peut-être pour mon âge et parce que je suis une femme. Pour cette nou­velle élec­tion, je suis à nou­veau en po­si­tion non-éli­gible, 76e sur 79, mais sur une liste na­tio­nale. L’ob­jec­tif est d’at­teindre les 15 % et faire ré­élire Alain Ca­dec qui est en 13e po­si­tion.

> Vous êtes mi­li­tante de longue date ?

La droite c’est un hé­ri­tage fa­mi­lial. Ma mère était mi­li­tante, elle a été élue. Je me sou­viens de cam­pagne de distribution de tracts quand j’étais jeune. J’ai ap­pré­cié très tôt Ni­co­las Sar­ko­zy. J’ai adhé­ré à l’UMP en 2008. En 2014, on est ve­nu me cher­cher pour les mu­ni­ci­pales car j’étais une femme et en­ga­gée. À l’époque, j’étais pré­si­dente de l’as­so­cia­tion des pa­rents d’élèves (Apel) de l’école de mes en­fants.

> Pour­quoi avoir choi­si le thème de la place de la femme en po­li­tique ?

Je n’aime pas le mot fé­mi­niste qui est pour moi ex­ces­sif. On m’a confié la dé­lé­ga­tion à l’éga­li­té hommes-femmes à la mai­rie alors que je n’étais pas celle qui était la plus fa­vo­rable à la pa­ri­té im­po­sée ! Je mise plus sur l’édu­ca­tion pour faire évo­luer les choses. Pe­tite, j’étais un gar­çon man­qué, je jouais au foot. J’ai trois gar­çons, ils savent re­pas­ser et faire à man­ger. Ils sont au­to­nomes. Pa­ri­té ou pas, j’au­rais fait de la po­li­tique mais je re­con­nais que celle-ci a don­né un coup de pouce aux femmes. Pour la réunion de lun­di, il y au­ra plu­sieurs té­moi­gnages d’élues au­tour d’Agnès Evren, dont Ma­rie-Noëlle Plé­nier, pre­mière ad­jointe à Douar­ne­nez.

> Com­ment ju­gez-vous votre tête de liste Fran­çois-Xa­vier Bel­la­my ?

Je fai­sais par­tie de ceux qui s’in­ter­ro­geaient car il fait par­tie d’une droite conser­va­trice quand je viens plu­tôt d’une droite tra­di­tion­nelle. Je l’ai ren­con­tré deux fois et j’ai été sé­duite par son intelligence, sa bien­veillance, sa gen­tillesse, des at­ti­tudes qui font du bien à l’heure ac­tuelle. Laurent Wau­quiez, lui, c’est un bon chef pour re­dres­ser le par­ti.

▼ Pra­tique

Ca­fé po­li­tique ou­vert au pu­blic consa­cré à la thé­ma­tique « La place des femmes en po­li­tique » lun­di 13 mai, à 17 h, au Res­tau à vins, place du Sti­vel à Loc­ma­ria, avec Agnès Evren et Alain Ca­dec.

Va­lé­rie Le­cerf-Li­vet, 49 ans, ad­jointe à Pen­hars, 76e sur la liste Les Ré­pu­bli­cains, ac­cueille lun­di, la nu­mé­ro 2, Agnès Evren, vice-pré­si­dente du con­seil ré­gio­nal d’Ile-de-France.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.