Une cha­pelle sau­vée au nom de la culture

Le Télégramme - Carhaix - - LA UNE - Yann Le Scor­net

Elle avait per­du toute fonc­tion cultuelle, alors les élus lo­caux ont choi­si d’en faire un lieu cultu­rel. La cha­pelle du bourg de Mous­toir-Ac (56) a été sau­vée de la dé­mo­li­tion et trans­for­mée en mé­dia­thèque. Le maire de la com­mune, Be­noît Rol­land, ra­conte la mue de l’édi­fice, de la ge­nèse du pro­jet à sa concré­ti­sa­tion.

Une cha­pelle trans­for­mée en mé­dia­thèque, ça ne court pas les rues. À Mous­toir-Ac (56), c’est le cas. L’édi­fice dé­sa­cra­li­sé, voué dé­sor­mais à la culture, se trouve à mi­che­min entre l’église et la mai­rie. Et ce, par la vo­lon­té des élus.

Mous­toir-Ac n’ap­par­tient pas à ces bourgs bre­tons qui sentent la mi­sère, pour cause de dé­clin de l’éco­no­mie lo­cale et d’exode ru­ral. C’est même le contraire. Si­tuée au coeur du Mor­bi­han, avec ses de­meures res­tau­rées plu­tôt avec goût, la com­mune offre un vi­sage ac­cueillant. Signe vi­sible qu’ici il y a de la vie. « Nous comp­tons au­jourd’hui 1 870 ha­bi­tants. En 20 ans, nous en avons gagné 500. Une grande par­tie tra­vaille à Vannes. La ville est à 20 mi­nutes de route d’ici. Ce boom booste l’ur­ba­nisme » s’en­or­gueillit Be­noît Rol­land, le maire. De l’aveu même du pre­mier des Mous­toi­ra­cais, le dé­cor n’a pas été tou­jours aus­si idyl­lique. « Il n’y a pas si long­temps en­core, nous avions un bloc de mai­sons à l’aban­don, en plein bourg, dont nous ne sa­vions que faire ». Prin­ci­pal caillou dans la chaus­sure des édiles lo­caux : une cha­pelle qui, de­puis des lustres, n’avait pas vu pas­ser un pèlerin. « L’édi­fice ser­vait un peu à tout. Un jour, c’était une salle de vente. Un autre, on y jouait une pièce de théâtre. Y ve­nait qui vou­lait ».

Que­relle de cha­pelle

En 2008, le maire de l’époque se sai­sit de l’affaire et pro­pose de faire table rase du pas­sé, au pro­fit de plus de places de sta­tion­ne­ment. À peine le dos­sier est-il po­sé sur la table du con­seil mu­ni­ci­pal que les es­prits s’en­flamment. Il y a les pros et les an­ti-cha­pelle. Un ré­fé­ren­dum, or­ga­ni­sé en 2010, ne per­met pas de cal­mer le jeu. Le su­jet de­vient si brû­lant qu’il consti­tue un en­jeu ma­jeur pour les mu­ni­ci­pales de 2014. Be­noît Rol­land, alors membre de l’op­po­si­tion, se bat pour la res­tau­ra­tion de la cha­pelle. Bien vu. Il est élu. Ins­tal­lé dans son fau­teuil de pre­mier ma­gis­trat, il in­vite ses conci­toyens à ré­flé­chir sur le de­ve­nir de la cha­pelle et des bâ­tisses qui l’en­tourent. Les idées fusent et fi­nissent par re­tom­ber : dans la cha­pelle, une mé­dia­thèque, et dans l’unique mai­son ad­ja­cente que l’on a dé­ci­dé de conser­ver, une salle de réu­nion et une salle de re­pas…

Vive le ba­zar !

Le 17 mai, l’en­semble ar­chi­tec­tu­ral vou­lu par la ma­jo­ri­té des Mous­toi­ra­cais se­ra inau­gu­ré. Dans son dis­cours, Be­noît Rol­land ne manquera pas de mettre en lu­mière plu­sieurs choses. Le mon­tant de l’in­ves­tis­se­ment, tout d’abord : « Au dé­part, j’avais dit que le pro­jet al­lait coû­ter 300 000 eu­ros à la com­mune. En al­lant cher­cher les sub­ven­tions avec les dents et en ré­cu­pé­rant du mo­bi­lier of­fert par les en­tre­prises, le coût ne dé­pas­se­ra pas les 200 000 ». L’in­té­rêt pour ses ad­mi­nis­trés en­suite. « Le lieu a été bap­ti­sé "Le trait d’union". Tout un sym­bole. En fré­quen­tant la mé­dia­thèque, nos jeunes ne man­que­ront pas de ren­con­trer leurs aî­nés en train de jouer aux cartes ou de pré­pa­rer la pro­chaine fête de vil­lage. Mon rêve est qu’il y ait ici un jo­li ba­zar en per­ma­nence entre les gé­né­ra­tions ».

En­fin - mais en fe­ra-t-il part pu­bli­que­ment à ses in­vi­tés ? - son com­bat avec l’ar­chi­tecte des bâ­ti­ments de France au­jourd’hui ran­gé des lin­teaux. « À huit re­prises, il nous a de­man­dé de revoir notre co­pie. À la fin, on lui a dit "stop". Nous, nous sommes en train de sauver un bâ­ti­ment que d’autres vou­laient ra­ser. Alors, lais­sez-nous faire ce que nous vou­lons avec l’ar­gent de la com­mune ». Quand on voit le ré­sul­tat, on se­rait ten­té de dire que Be­noît Rol­land et ses amis avaient le (bon) com­pas dans l’oeil.

Photo Fran­çois Des­toc

Be­noît Rol­land, maire de Mous­toir-Ac, s’est bat­tu pour que cette cha­pelle soit ré­ha­bi­li­tée en mé­dia­thèque.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.