Un ap­pel à l’aide pour les Mer­zouyev

Le Télégramme - Carhaix - - QUIMPER - Hélène Ca­roff

Mus­lim, El­sa et leurs trois en­fants Raya­na, Ka­rim et Iran sont à la rue de­puis le 29 avril. Le Secours po­pu­laire et Droit d’asile Quim­per-Cor­nouaille fi­nancent quelques nuits d’hô­tel pour la fa­mille tchét­chène mais ce­la ne peut pas du­rer. Les as­so­cia­tions ap­pellent les par­ti­cu­liers à l’aide.

Ils ont les traits un peu ti­rés, en ce sa­me­di ma­tin. Mus­lim, 33 ans ce di­manche, El­sa, 29 ans et Raya­na, 12 ans, Ka­rim, 10 ans et Iran, 5 ans, sont bal­lot­tés de com­mune en com­mune et d’hô­tel en hô­tel de­puis deux se­maines. Ils le savent, leurs nuits de sa­me­di à di­manche et de di­manche à lun­di sont as­su­rées. L’as­so­cia­tion Droit d’asile Quim­per-Cor­nouaille a mis la main à la poche, comme avait pu le faire cette se­maine, pour trois nuits, le Secours po­pu­laire, pre­nant la suite du ser­vice d’ur­gence so­ciale, le 115 qui les a lo­gés à Quim­per­lé. « Mais on ne peut pas ver­ser 90 € tous les jours, nous n’avons pas les fi­nances pour », re­grette Noëlle Cha­pe­lain, membre de Droit d’asile Quim­per-Cor­nouaille. En face, Ma­rieT­hé­rèse La­ga­dic, se­cré­taire gé­né­rale du Secours po­pu­laire de Quim­per, opine dou­ce­ment du chef.

Deux nuits avec un toit au-des­sus de la tête. Mais après ? « On ne sait pas, on es­saie de trou­ver des solutions, s’alarme Ma­rie-Ma­de­leine Le Bi­han. Mus­lim et El­sa et nous-même ap­pe­lons le 115 tous les jours pour trou­ver un hé­ber­ge­ment d’ur­gence mais nous n’avons eu que des re­fus ».

Ex­pul­sée du lo­ge­ment le 29 avril

La fa­mille Mer­zouyev est à la rue de­puis le 29 avril. Au­pa­ra­vant, le couple et ses trois en­fants oc­cu­paient un lo­ge­ment gé­ré par le Ca­da, le Centre d’ac­cueil pour les de­man­deurs d’asile, dans le quar­tier de Ker­moy­san. Ker­moy­san où les en­fants sont sco­la­ri­sés : Raya­na au col­lège Max-Ja­cob, Ka­rim et Iran à l’école de Ker­jes­tin. La lettre pré­ve­nant de l’ex­pul­sion est ar­ri­vée au dé­but du mois d’avril. La fa­mille s’est tour­née vers Jean-Pierre Bi­gorgne, Ma­rie-Ma­de­leine Le Bi­han et Noëlle Cha­pe­lain, qu’elle cô­toie de­puis son ar­ri­vée en France il y a sept ans, mais « trop tard pour mettre la ma­chine en route » du cô­té de l’as­so­cia­tion.

Une ex­pul­sion due au sta­tut de la fa­mille, qui a fui la Tchét­ché­nie et ne peut y re­tour­ner. « Ils ont été dé­bou­tés du droit d’asile et leur re­cours à la CNDA (Cour na­tio­nale du droit d’asile, NDLR) éga­le­ment, le 18 août 2015, re­lève Ma­rie-Ma­de­leine Le Bi­han. Ils ont de­man­dé le ré­exa­men de leur dos­sier en 2017, avant de de­man­der des titres de sé­jours pour des soins mé­di­caux, El­sa et Raya­na ayant des pro­blèmes de san­té ». Mais n’ont eu au­cune ré­ponse : « Le préfet ne ré­pond pas aux de­mandes », conti­nue-t-elle. « Ce n’est pas qu’il y a un re­fus, c’est qu’il n’y a pas de ré­ponse tout court ».

Une non-ré­ponse qui a des in­ci­dences sur la fa­mille. Sans pa­piers, les pa­rents ne peuvent pas tra­vailler « et sans tra­vail, ils ne peuvent pas avoir de pa­piers. C’est le serpent qui se mord la queue ! », s’in­surge Ma­rie-Ma­de­leine Le Bi­han. Mus­lim souffle : « J’ai­me­rais tra­vailler, je l’ai tou­jours fait en Tchét­ché­nie en tant qu’ou­vrier, élec­tri­cien mais, ici, je ne peux pas car je n’ai pas de ré­cé­pis­sés. Je suis pour­tant d’ac­cord pour tout… Du mo­ment que je peux nour­rir ma fa­mille ». Car la fa­mille n’a pas de re­ve­nus. « C’est grâce à Ma­rie-Ma­de­leine, à Noëlle, à Ma­rieT­hé­rèse, au Secours po­pu­laire et aux autres as­so­cia­tions que nous man­geons et nous ha­billons », re­con­naît Mus­lim. Sans comp­ter les four­ni­tures pour Raya­na, Ka­rim et Iran qui, de­puis le 29 avril, n’ont pu qu’épi­so­di­que­ment re­tour­ner à l’école. « On ne peut pas lais­ser trois en­fants de­hors ! », mar­tèle Noëlle Cha­pe­lain, re­jointe par Ma­rieMa­de­leine Le Bi­han. Elles lancent « un SOS » pour trou­ver un lo­ge­ment. « On sait très bien que l’ad­mi­nis­tra­tion ne va pas le faire alors si des par­ti­cu­liers sont d’ac­cord pour ac­cueillir El­sa, Mus­lim et leurs en­fants, pen­dant quelques mois, ou nous ai­der fi­nan­ciè­re­ment, il faut nous contac­ter. Il y a ur­gence ! »

▼ Contact

Droit d’asile Quim­per-Cor­nouaille, tél.06 85 58 14 07 ; mél.droi­ta­si­le­[email protected]­mail.fr.

Mus­lim, El­sa, Raya­na et Ka­rim Mer­zouyev (Iran est né en France) sont ar­ri­vés en Bre­tagne en 2012, fuyant la mi­lice tchét­chène. « Nous avons hé­ber­gé mon cou­sin, re­belle, une nuit et le len­de­main, nous avions la vi­site de la mi­lice qui nous a bat­tus. On a fui », ex­plique Mus­lim, qui risque la pri­son s’il re­tourne en Tchét­ché­nie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.