La pêche sous-ma­rine, sa sou­pape de dé­com­pres­sion

Le Télégramme - Carhaix - - RUGBY - A. P.

De­puis tout jeune, Jean-Noël Spit­zer, qui a gran­di du cô­té de Pen­marc’h, aime la pêche sous-ma­rine. « J’ai fait de la planche à voile aus­si mais ça fait long­temps qu’elle est ran­gée. Ma pas­sion, c’est la pêche sous-ma­rine ». Contrai­re­ment à beau­coup de spor­tifs ou en­traî­neurs, Jean-Noël Spit­zer n’est pas un pas­sion­né de sports de ma­nière gé­né­rale. « Je ne suis pas un consom­ma­teur de sports c’est vrai. Je re­garde peu la té­lé­vi­sion et très peu les matchs de rug­by en di­rect, mais da­van­tage des vi­déos pour ob­ser­ver les sec­teurs de jeu. Moi ce que j’aime, c’est la dé­marche d’en­traî­ne­ment et la dy­na­mique de groupe ».

In­ves­ti à 200 % dans ses fonc­tions, au­tant dire que les mo­ments libres pour al­ler sous l’eau sont rares. « Comme mes va­cances sont en dé­ca­lé avec celles de mes en­fants, je pars faire de la pêche sous-ma­rine après la sai­son. Al­ler faire ce sport est le seul mo­ment qui me per­met de dé­cro­cher », re­con­naît le Van­ne­tais, par­ti dans les eaux des Açores en 2018.

Le so­li­taire

S’il lui ar­rive d’ap­pré­cier dans son as­siette quelques prises, ce n’est pas du tout l’ob­jec­tif prin­ci­pal de ses sor­ties. « Je pêche à peine 30 % de ce que je pour­rais prendre. J’ai une pêche très sé­lec­tive et puis je res­pecte la na­ture ». Cette ac­ti­vi­té cor­res­pond bien au ca­rac­tère de l’homme. « Je suis quel­qu’un de na­ture so­li­taire. La pêche sous­ma­rine est pour moi une sou­pape de dé­com­pres­sion et elle est très im­por­tante. Au­tant j’adore par­tir en stage avec les joueurs et le staff, au­tant j’aime être seul. La so­li­tude ne m’ef­fraie pas ». Si Jean-Noël Spit­zer a dé­cou­vert cette pas­sion grâce à son père, il ne la par­tage pas en­core avec ses en­fants. « Ils sont trop jeunes. Il faut sa­voir que le dan­ger nu­mé­ro un, c’est la syn­cope ». L’heure de l’éva­sion sous-ma­rine se pro­file pour l’en­traî­neur van­ne­tais, prêt évi­dem­ment à pa­tien­ter en­core pour na­ger dans le bon­heur des pre­miers playoffs de son club de tou­jours.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.