Émo­tion après le dé­cès d’un ly­céen

Mar­di ma­tin, un ado­les­cent quim­pé­rois âgé de 15 ans est dé­cé­dé des suites d’un ma­laise, au sein du ly­cée Bri­zeux. Aux abords de l’éta­blis­se­ment, l’émo­tion était tou­jours pal­pable, dans l’après-mi­di. Une cel­lule d’écoute psy­cho­lo­gique a été mise en place.

Le Télégramme - Carhaix - - QUIMPER - Paul Bo­hec et Hé­lène Ca­roff

Au sein de l’éta­blis­se­ment, puis sur les ré­seaux so­ciaux, la nou­velle s’est ré­pan­due comme une traî­née de poudre. Ce mar­di ma­tin, vers 10 h, un élève de se­conde du ly­cée Bri­zeux a été vic­time d’un ma­laise lors d’un in­ter­cours, au sein de l’éta­blis­se­ment. Ra­pi­de­ment aler­tés, le Ser­vice mé­di­ca­li­sé d’ur­gence et de ré­ani­ma­tion (Smur) et les pom­piers de Quim­per se sont ren­dus sur place.

Mal­gré 45 mi­nutes de ten­ta­tive de ré­ani­ma­tion, l’ado­les­cent, âgé de 15 ans, est dé­cé­dé. Il s’ap­prê­tait à as­sis­ter à un cours dans le bâ­ti­ment C, le bâ­ti­ment qui ac­cueille no­tam­ment les classes de ma­thé­ma­tiques et de sciences, quand il a été pris de dif­fi­cul­tés res­pi­ra­toires. « Nos cours, qui de­vaient se dé­rou­ler dans ce bâ­ti­ment, ont été dé­lo­ca­li­sés », ex­pliquent plu­sieurs ly­céens, réunis de­vant l’en­trée du ly­cée. Alors que plu­sieurs groupes d’élèves se di­rigent vers le centre-ville pour prendre bus et autres cars, le su­jet est dans toutes les conver­sa­tions. « Je n’étais pas présent lors­qu’il a eu son ma­laise mais on l’a ap­pris ra­pi­de­ment », confie un ly­céen de ter­mi­nale S, qui connaît le frère de la vic­time, éga­le­ment sco­la­ri­sé au ly­cée Bri­zeux, en classe de ter­mi­nale.

Une cel­lule d’écoute psy­cho­lo­gique mise en place

La dé­ci­sion a été prise, par le rec­to­rat d’aca­dé­mie à Rennes, dans l’après-mi­di, de mettre en place une cel­lule d’écoute psy­cho­lo­gique à des­ti­na­tion des ado­les­cents mais aus­si de l’équipe en­sei­gnante. « En cours d’al­le­mand, la pro­fes­seure nous a de­man­dés si on sou­hai­tait par­ler de ce qu’il s’est pas­sé », re­late une ter­mi­nale. Les ly­céens qui le sou­hai­taient ont été au­to­ri­sés à quit­ter l’éta­blis­se­ment. L’éta­blis­se­ment est tou­te­fois res­té ou­vert toute la jour­née. Émo­tion éga­le­ment du cô­té des en­sei­gnants et per­son­nels de l’éta­blis­se­ment sco­laire, par té­lé­phone comme de vi­su. « Vous com­pren­drez que l’on ne sou­haite pas en par­ler », glissent deux membres du per­son­nel de l’éta­blis­se­ment, vi­si­ble­ment très tou­chés.

Des pré­cé­dents en Cor­nouaille

L’ado­les­cent, qui ha­bi­tait Quim­per, a suc­com­bé à un ar­rêt car­dio-res­pi­ra­toire. Il avait 15 ans. Le même âge qu’Er­wan Pri­mot, dé­cé­dé le 27 fé­vrier 2009, à Plou­hi­nec, dans le Cap-Si­zun. L’ado­les­cent ori­gi­naire du Pays bi­gou­den a suc­com­bé à une fi­bril­la­tion car­diaque, lors d’une ren­contre spor­tive. Ses pa­rents, Co­rinne et Da­niel Pri­mot, ont créé, peu de temps après, « En hom­mage à Er­wan », as­so­cia­tion vi­sant à fi­nan­cer des for­ma­tions aux pre­miers secours ain­si que l’achat de dé­fi­bril­la­teurs.

Ce mar­di après-mi­di, les élèves et le per­son­nel du ly­cée Bri­zeux étaient en­core sous le coup de l’émo­tion. Les cours ont tout de même été as­su­rés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.