Le « hé­ros » de la prise d’otages de l’Hy­per Ca­cher à Quim­per

Le Télégramme - Carhaix - - QUIMPER. ACTUS -

Le « hé­ros » de la prise d’otages de l’Hy­per Ca­cher, qui s’est dé­rou­lée en jan­vier 2015 à Pa­ris, est l’in­vi­té du PCF, dont il est le pré­sident du co­mi­té de sou­tien. Dans le cadre des élec­tions eu­ro­péennes, il in­ter­vien­dra avec Glenn Le Saout, can­di­dat fi­nis­té­rien, lors d’une ren­contre pu­blique, sa­me­di 18 mai, à Quim­per.

En vue des élec­tions eu­ro­péennes qui se pro­filent, les re­pré­sen­tants locaux du Par­ti com­mu­niste fran­çais (PCF) pour­suivent leurs ini­tia­tives à Quim­per. Le 19 avril der­nier, Ma­rie-Pierre Vieu, en 4e po­si­tion sur la liste conduite par Ian Bros­sat, avait par­ti­ci­pé à une réunion dé­bat sur le thème des ser­vices pu­blics. Sa­me­di, aux Halles Saint-Fran­çois, ils in­vitent Glenn Le Saout, can­di­dat fi­nis­té­rien sur la liste du PCF, et Las­sa­na Ba­thi­ly, l’em­ployé de l’Hy­per Ca­cher qui avait ca­ché des clients au mo­ment de la prise d’otages, à Pa­ris, en jan­vier 2015. Yvonne Rai­ne­ro, se­cré­taire de la sec­tion Pays de Quim­per du PCF, dé­taille : « Las­sa­na Ba­thi­ly est le pré­sident du co­mi­té de sou­tien na­tio­nal à Ian Bros­sat et Glenn Le Saout est un jeune étu­diant de 20 ans, an­cien di­ri­geant ré­gio­nal d’un syn­di­cat ly­céen. Ils vien­dront ex­pli­quer pour quelles rai­sons il est im­por­tant et utile de se mo­bi­li­ser le 26 mai ».

Le « hé­ros » de la prise d’otages na­tu­ra­li­sé

Le vend­redi 9 jan­vier 2015, ce jeune Ma­lien de 24 ans, qui tra­vaillait au sous­sol lors de l’at­taque du ter­ro­riste Amé­dy Cou­li­ba­ly, avait ou­vert la porte de la chambre froide et dé­bran­cher le sys­tème de réfrigération pour y ca­cher des clients. Il s’était en­suite en­fui par le monte-charge et avait ai­dé les po­li­ciers en des­si­nant le plan de la su­pé­rette, sau­vant la vie de plu­sieurs per­sonnes. Son « cou­rage, son sang-froid et son al­truisme », avaient été sa­lués par Ber­nard Ca­ze­neuve, le mi­nistre de l’In­té­rieur. Las­sa­na Ba­thi­ly a été na­tu­ra­li­sé fran­çais le 20 jan­vier 2015. Yvonne Rai­ne­ro sa­lue sa ve­nue « forte de sens » : « C’est un sym­bole, il a été un mi­grant et a beau­coup ap­por­té à notre pays ».

Les jeunes mo­bi­li­sés

Dans le dé­par­te­ment, près de 600 per­sonnes sont membres du co­mi­té de sou­tien qui fait la place belle aux jeunes. « Il y a de plus en plus de ly­céens, d’étu­diants, sen­si­bi­li­sés à notre ac­tion, confirme Yvonne Rai­ne­ro. Les ques­tions de so­li­da­ri­té in­ter­na­tio­nale, qui font par­tie de notre ADN, et les ques­tions so­ciales leur tiennent à coeur ». En at­ten­dant, la cam­pagne conti­nue de battre son plein, à Quim­per no­tam­ment, et les mi­li­tants du PCF at­tendent 10 000 tracts qu’ils dis­tri­bue­ront dans l’ag­glo­mé­ra­tion d’ici aux élec­tions, le di­manche 26 mai.

▼ Pra­tique

Ren­contre pu­blique aux Halles SaintF­ran­çois, le sa­me­di 18 mai, à 11 h, avec Las­sa­na Ba­thi­ly et Glenn Le Saout.

Ian Lang­sdon EPA/

Las­sa­na Ba­thi­ly a été na­tu­ra­li­sé fran­çais le 20 jan­vier 2015, quelques jours après son acte de bra­voure lors de la prise d’otages de l’Hy­per Ca­cher, à Pa­ris.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.