« Je n’ai ja­mais vou­lu don­ner la mort »

Le Télégramme - Carhaix - - BRETAGNE - Hé­lène Ca­roff

Claude Du­rand, 24 ans, est ju­gé par la cour d’as­sises du Fi­nis­tère, de­puis mer­cre­di et jus­qu’à ven­dre­di, pour avoir tué Lio­nel Guillaume et bles­sé son frère James, le 18 août 2017, à Lam­bé­zel­lec, à Brest. Il a re­dit sa ver­sion, in­chan­gée en 21 mois de dé­ten­tion : « Je n’ai ja­mais vou­lu don­ner la mort à qui que ce soit ».

« De­puis notre ba­garre, dé­but 2017, je les ai tou­jours évi­tés. Quand j’étais in­vi­té à une soi­rée et eux aus­si, je n’y allais pas. Même pour les courses, si je voyais leur voi­ture, je ren­trais chez moi ». En ce pre­mier jour de pro­cès, à Quim­per, Claude Du­rand, 24 ans, sur­nom­mé « Chat­ta », lâche : « Ce jour-là, ils n’étaient pas cen­sés être là ».

« Ce jour-là », ce 18 août 2017. Une jour­née comme tant d’autres pour le jeune homme. Il joue à la console avec un ami, avant d’al­ler prendre un truc à gri­gno­ter au fast-food et fi­ler chez un autre ami, comme « la plu­part des ven­dre­dis soir ». À Lam­bé, le duo y ar­rive vers 19 h 30, y trouve un peu de gaieté et les An­tillais que l’ac­cu­sé fré­quente de­puis son ar­ri­vée à Brest.

« Je n’y avais pas d’en­ne­mis, je m’en­tends avec tout le monde, hor­mis eux », ap­puie-t-il, les mains le long de son jean gris clair. « Eux », les frères Guillaume. Lio­nel sur­nom­mé « Ma­pa », sur­tout, qui n’ac­cep­tait pas son com­por­te­ment « in­fi­dèle » avec la soeur ju­melle de sa com­pagne. Lio­nel qui « se mo­quait de lui » sur les ré­seaux so­ciaux, sur­tout après la « ba­garre tchét­chène » à Re­cou­vrance, le 14 août 2017. Des phrases en créole, di­sant : « Tu joues les gang­sters mais tu as peur, tu te caches, tu as peur de la mort ».

« Ne plus être dans la même pièce qu’eux »

Un rè­gle­ment de comptes ? La dé­fense ba­laie l’idée. Les en­quê­teurs aus­si, l’exa­men de la té­lé­pho­nie fai­sant ap­pa­raître « une ren­contre for­tuite », « un pur ha­sard ». « Ils sont ar­ri­vés en­vi­ron 40 mi­nutes après moi, j’étais as­sis dans le sa­lon, conti­nue l’ac­cu­sé. Je suis sor­ti, simplement pour ne plus être dans la même pièce qu’eux ». Sauf qu’ils sont sor­tis peu de temps après. « Mon frère vou­lait fu­mer une ci­ga­rette », re­late James, à la barre.

Dix mi­nutes plus tard, la po­lice était con­tac­tée. Sur place, elle trouve, un homme, poi­gnar­dé au tho­rax, gi­sant dans une « mare de sang » comme l’ex­pli­que­ra le mé­de­cin lé­giste Claire Sac­car­dy. Le dé­cès de Lio­nel Guillaume, 33 ans et père d’une fillette, se­ra pro­non­cé à 21 h 05.

« Claude avait la haine en lui »

Entre-temps, la po­lice se­ra avi­sée d’un autre bles­sé, James Guillaume, 25 ans, à 300 m de là. Les en­quê­teurs sont mis sur la piste de Claude Du­rand, qui a dé­jà quit­té les lieux. Il se ren­dra à la po­lice quatre heures plus tard.

« Mon frère ne por­tait pas de cou­teau, ap­puie James. Claude avait la haine en lui. Il a mis un coup de poing à Lio­nel, der­rière la tête, puis un coup de cou­teau au tho­rax. Il s’est tour­né vers moi et m’a don­né un coup dans le bras. Un de ses amis a es­sayé de le re­te­nir. Je me suis en­fui, il m’a sui­vi ».

Faux pour l’ac­cu­sé qui as­sure, comme son ex-com­pagne et ses amis, qu’il ne por­tait pas de cou­teau. Une ver­sion in­chan­gée de­puis sa garde à vue. « Lio­nel l’a sor­ti de sa cein­ture, j’ai eu le ré­flexe de vou­loir le rat­tra­per. C’est quand j’ai sen­ti le pouce de Lio­nel taper contre sa poi­trine que j’ai com­pris, souffle-t-il. Il s’est écrou­lé la se­conde sui­vante ».

Et James ? « Il a fon­cé sur moi, je me suis pro­té­gé. Je ne sais même pas où j’ai ta­pé ». Par « peur », il prend la fuite. Près de deux ans plus tard, il ho­quette : « Je suis en pri­son parce que je n’ai pas ac­cep­té de mou­rir. Je n’ai ja­mais vou­lu don­ner la mort à qui que ce soit ». Le cou­teau, « orange et peut-être en cé­ra­mique », que l’ac­cu­sé dit avoir je­té au pied d’un arbre, n’a pas ja­mais été re­trou­vé.

Pho­to Le Té­lé­gramme

Le drame a eu lieu au sein de la com­mu­nau­té an­tillaise de Brest, en août 2017.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.