Les sau­ve­teurs de poules vic­times d’ap­pels mal­veillants

Le Télégramme - Carhaix - - BRETAGNE - Nicolas Salles

Un « sau­ve­tage de poules » pro­gram­mé cette se­maine dans les Côtes-d’Ar­mor a échoué. La faute à deux ap­pels éma­nant pré­ten­du­ment des ser­vices de la Di­rec­tion dé­par­te­men­tale de la pro­tec­tion des po­pu­la­tions (DDPP). Les­quels dé­mentent et soup­çonnent une usur­pa­tion de fonc­tion.

« Tout est par­ti d’un mes­sage pas­sé sur les ré­seaux so­ciaux, ex­plique cette jeune mère de fa­mille, ins­tal­lée à Tra­main, près de Lam­balle. Une per­sonne pro­po­sait de re­cueillir des poules pon­deuses des­ti­nées à l’abat­toir, afin de leur of­frir une deuxième vie et de pro­fi­ter des oeufs. J’ai cinq en­fants, tout coûte cher, je me suis dit que c’était une bonne idée ». Quelques connais­sances vont se joindre au pro­jet et une pe­tite chaîne de voi­si­nage se met en place. Tout était ca­lé : la ré­cu­pé­ra­tion des vo­lailles dans quelques jours avec l’éle­veur, le trans­port des vo­la­tiles et la dis­tri­bu­tion en quelques étapes entre la ferme et les ache­teurs. « Le tout sans au­cun bé­né­fice ».

« J’ai vrai­ment eu peur »

« Mais lun­di ma­tin, tout s’est écrou­lé, ex­plique la mère de fa­mille. J’ai re­çu un coup de té­lé­phone de quel­qu’un m’ex­pli­quant être de la Di­rec­tion dé­par­te­men­tale de la pro­tec­tion des po­pu­la­tions. Que ce que je fai­sais était illé­gal du point de vue sa­ni­taire et du bien-être ani­mal. Et cette dame me me­na­çait de pour­suites. J’ai vrai­ment eu peur ».

Une agri­cul­trice de la ré­gion de Lam­balle, qui prê­tait à titre pri­vé « un bout de par­king » pour ac­cueillir les échanges, re­ce­vait presque si­mul­ta­né­ment le même ap­pel. Là en­core, « des me­naces de contrôles sa­ni­taires, d’ici la fin de la se­maine », confirme l’ex­ploi­tante, ren­con­trée par Le Té­lé­gramme. « Moi qui vou­lais simplement rendre ser­vice, je ne vais pas mettre en pé­ril mon ac­ti­vi­té ». Le sau­ve­tage est donc an­nu­lé.

L’usur­pa­tion de fonc­tion un dé­lit pé­nal

Sauf que, vé­ri­fi­ca­tions faites, les deux ap­pels n’éma­naient pas de l’ad­mi­nis­tra­tion. Joint, mar­di soir, par té­lé­phone, le di­rec­teur ad­joint de la DDPP, à Plou­fra­gan, dé­ment « ab­so­lu­ment » une telle com­mu­ni­ca­tion de ses ser­vices. « Je suis au cou­rant du dos­sier, confirme Vir­sh­na Heng. Nous ob­ser­vons ce type d’ini­tia­tive de­puis quelque temps en Bre­tagne. Tant que ce­la reste ponc­tuel et que de pe­tits nombres de poules sont trans­por­tées dans de bonnes condi­tions, nous n’y voyons pas de pro­blème. Et ce type d’ap­pel n’est pas non plus notre fa­çon de pro­cé­der ». Quid alors de la per­sonne s’étant fait pas­ser pour la DDPP et pour quelles rai­sons ? « L’usur­pa­tion de fonc­tion est un dé­lit, rap­pelle le di­rec­teur ad­joint. Si cette per­sonne peut être iden­ti­fiée, nous n’en res­te­rons cer­tai­ne­ment pas là. Ce­la porte gra­ve­ment at­teinte à l’image de notre ad­mi­nis­tra­tion et de nos agents ». Se­lon nos in­for­ma­tions, un si­gna­le­ment à la DDPP dé­non­çant ce « sau­ve­tage » au­rait éga­le­ment eu lieu il y a quelques jours. En lais­sant, comme contact, le même nu­mé­ro de por­table ayant ser­vi à in­ti­mi­der les deux « sau­ve­teuses » de poules.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.