Tom Du­mou­lin jette l’éponge

Pluie et froid au pro­gramme : le pe­lo­ton du Gi­ro, dé­sor­mais pri­vé de Tom Du­mou­lin, a af­fron­té des condi­tions mé­téo dif­fi­ciles, mer­cre­di, dans la 5e étape rem­por­tée au sprint à Ter­ra­ci­na par le cham­pion d’Al­le­magne, Pascal Acker­mann.

Le Télégramme - Carhaix - - SPORTS -

Dans la cam­pagne du La­tium noyée par la pluie, sur des routes dé­trem­pées, le Gi­ro a vé­cu une rude jour­née, au len­de­main de la maxi-chute de Fras­ca­ti. Avec, pour vic­time no­table, le vain­queur 2017 qui a je­té l’éponge après un der­nier es­sai. Du­mou­lin, qui avait ter­mi­né l’étape de Fras­ca­ti le ge­nou gauche en­taillé, a ten­té de pour­suivre l’aven­ture. Les mé­de­cins lui ont don­né le feu vert et le Néer­lan­dais s’est pré­sen­té au dé­part. Mais, avant même le dé­part réel, quelques ins­tants après avoir quit­té le lieu de ras­sem­ble­ment, il a mis pied à terre pour mon­ter dans la voi­ture de son équipe Sun­web.

« En un instant, c’est fi­ni »

« A l’échauf­fe­ment, ce­la al­lait en­core. Mais, quand je me suis mis en dan­seuse, mon ge­nou m’a fait vrai­ment mal. J’ai es­sayé en po­si­tion as­sise mais ça n’al­lait pas non plus », a ex­pli­qué Du­mou­lin.

Le deuxième du Gi­ro 2018, dau­phin de Ch­ris Froome l’an pas­sé, s’est épar­gné une ran­don­née de 140 ki­lo­mètres sous la pluie in­ces­sante. Pour lui, une fois gué­ri, il se­ra temps de se consa­crer au Tour de France qui de­vrait être lo­gi­que­ment son pro­chain grand ob­jec­tif (2e en 2018).

Le Néer­lan­dais a ac­cu­sé le coup : « Pour moi, c’est terrible. Des mois et des se­maines de pré­pa­ra­tion pour ce Gi­ro et, en un instant, c’est fi­ni. Je ne sais pas à quel point la bles­sure est grave. Nous savons seu­le­ment que rien n’est cas­sé et que le ge­nou se­ra pro­ba­ble­ment en­flé pen­dant quelques jours. »

Les dé­buts fra­cas­sants d’Acker­mann

L’aban­don de Du­mou­lin prive la course d’un ac­teur ma­jeur, un ad­ver­saire pour Pri­moz Ro­glic qui porte le maillot rose de­puis le pre­mier jour sans mar­quer de fai­blesse. Le Slo­vène compte dé­jà une avance consé­quente de 35 se­condes sur son sui­vant (Si­mon Yates), la plus éle­vée à ce mo­ment de la course de­puis le Suisse Tony Ro­min­ger en 1995. Un autre point com­mun, le mau­vais temps, rap­proche le Gi­ro 2019 de cette édi­tion dé­jà loin­taine. Pascal Acker­mann, dé­jà vain­queur de la deuxième étape à Fu­cec­chio (Tos­cane), s’est im­po­sé d’une de­mi-roue au Co­lom­bien Fer­nan­do Ga­vi­ria et Ar­naud Dé­mare, bien qu’il ait été gê­né dans le sprint dis­pu­té sur une chaus­sée dé­trem­pée, à cô­té d’énormes flaques d’eau sur les bords de route. Les temps ont été pris au pre­mier pas­sage sur la ligne, à 9,2 ki­lo­mètres de l’ar­ri­vée.

Pho­to AFP

Tom Du­mou­lin a aban­don­né le Gi­ro.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.