Des­plat reste à la barre

Ber­trand Des­plat n’en­tend pas quit­ter le na­vire. Jeu­di soir, au cours d’un conseil d’ad­mi­nis­tra­tion ex­tra­or­di­naire, le pré­sident guin­gam­pais a rap­pe­lé qu’il était tou­jours à la barre. La ques­tion d’un dé­part n’a d’ailleurs ja­mais été évo­quée.

Le Télégramme - Carhaix - - FOOTBALL - Ma­thieu Huet

Cir­cu­lez, il n’y a rien à voir. Ber­trand Des­plat est tou­jours le pré­sident d’En Avant et n’en­tend pas quit­ter ses fonc­tions. Bien au contraire. À peine un peu plus de 24 heures après l’of­fi­cia­li­sa­tion de la des­cente de son équipe à Rennes, di­manche (1-1), il avait adres­sé à l’en­semble des ad­mi­nis­tra­teurs une convo­ca­tion pour un conseil d’ad­mi­nis­tra­tion ex­tra­or­di­naire qui s’est te­nu jeu­di soir. Une réunion au cours de la­quelle la ques­tion d’un dé­part du di­ri­geant, qui s’est lon­gue­ment ex­pri­mé, n’a ja­mais été évo­quée. Au­cun vote de confiance n’a d’ailleurs été or­ga­ni­sé et son main­tien au poste n’a pas fait dé­bat.

Un mau­vais choix

Pour­tant, sa si­tua­tion s’est fra­gi­li­sée au cours de la sai­son mal­gré sa ré­élec­tion pour trois ans le 20 dé­cembre. Car si son bi­lan, de­puis 2011, était pour le moins brillant (mon­tée puis main­tiens en L1, vic­toire en Coupe de France, qua­li­fi­ca­tion en 16es de fi­nale de la Ligue Eu­ro­pa, re­nou­vel­le­ment des in­fra­struc­tures…), le présent exer­cice a noir­ci le ta­bleau pour di­verses rai­sons.

La pre­mière tient au fait d’avoir consi­dé­ré beau­coup trop long­temps Kom­boua­ré était à même de main­te­nir son équipe en Ligue 1 jus­qu’à la nou­velle ré­par­ti­tion des droits té­lé (2020). Il l’avait d’ailleurs pro­lon­gé fin août, de ma­nière uni­la­té­rale, avant de le li­cen­cier dé­but no­vembre, deux jours après lui avoir re­nou­ve­lé sa « confiance in­ébran­lable » dans nos co­lonnes, ce qui en­traî­na un coût de plus de deux mil­lions d’eu­ros pour le club. Pour­tant, si la per­son­na­li­té et la droi­ture du Ka­nak em­por­taient l’es­time de beau­coup, no­tam­ment dans son groupe, son manque d’in­ves­tis­se­ment ne da­tait pas d’hier et fai­sait grin­cer des dents en in­terne.

Les deux mer­ca­tos ont aus­si fait des vagues. Sur cet as­pect, tou­te­fois, la res­pon­sa­bi­li­té est moins celle du pré­sident que des deux en­traî­neurs qui se sont suc­cé­dé, no­tam­ment cet hi­ver où les cinq joueurs re­cru­tés étaient clai­re­ment les choix de Jo­ce­lyn Gour­ven­nec. Même si la si­tua­tion de l’équipe à la trêve ne fai­sait pas de Guin­gamp une des­ti­na­tion très at­trac­tive.

Une ques­tion d’image

Mais au-de­là du spor­tif il y a l’image. Celle du club s’est dé­gra­dée et les va­leurs d’hu­mi­li­té et de pu­deur dont il a long­temps pu s’en­or­gueillir ne semblent plus épou­ser une réa­li­té que les slo­gans et les cam­pagnes de com­mu­ni­ca­tion ne suf­fisent à mas­quer. À tra­vers sa per­son­na­li­té et cer­taines prises de po­si­tion, Des­plat a cris­tal­li­sé une forme de ma­laise ac­cen­tuée par les doutes qu’il avait émis pré­ci­pi­tam­ment sur l’in­té­gri­té de la ren­contre Caen - An­gers (32e jour­née). Clas­sée sans suite par la Ligue, mer­cre­di, cette af­faire a sur­tout of­fert à Ro­land Cour­bis, l’en­traî­neur nor­mand, un moyen in­es­pé­ré de re­mo­bi­li­ser ses troupes, qui ont pris dix points sur douze pos­sibles dans la fou­lée quand Guin­gamp n’en pre­nait que deux. Néan­moins, même si l’ar­ri­vée de Jo­ce­lyn Gour­ven­nec, liée di­rec­te­ment à l’in­ter­ven­tion de Noël Le Graët, a quelque peu re­bat­tu les cartes, le tra­vail de fond en­tre­pris par le pré­sident guin­gam­pais et les sou­tiens dont il peut en­core se pré­va­loir lui per­mettent de gar­der la main. Ap­pré­cié dans le monde des agents pour sa ca­pa­ci­té à te­nir ses en­ga­ge­ments, il sait se mon­trer ré­ac­tif et ef­fi­cace sur beau­coup de dos­siers. Il pro­fite éga­le­ment de l’ab­sence d’al­ter­na­tive en in­terne, où nul n’a vé­ri­ta­ble­ment l’en­vie et les ca­pa­ci­tés d’oc­cu­per un poste par­ti­cu­liè­re­ment ex­po­sé.

Pho­to Nicolas Créach

Le main­tien à la pré­si­dence de Ber­trand Des­plat n’a pas fait dé­bat, jeu­di soir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.