Un point c’est tout ?

Le Télégramme - Carhaix - - SPORTS - D. V.

Il ne manque plus qu’un nul à Concar­neau et à Bourg-en-Bresse pour mettre un point fi­nal à leur main­tien et à leur sai­son, qui se ter­mine l’un contre l’autre, ce vend­redi

(18 h 30), à Guy-Pi­riou. Un point c’est tout ? Sauf que Tours, qui pour­rait en être vic­time, a ten­té de se­mer le doute.

Et si la sai­son se ter­mi­nait comme elle avait com­men­cé pour Concar­neau et Bourg-en-Bresse, qui avaient par­ta­gé les points lors de la pre­mière jour­née de la poule al­ler (1-1) ? A Guy-Pi­riou, ce point se­rait of­fi­ciel­le­ment ce­lui du main­tien pour les Tho­niers, qui at­tein­draient la fa­meuse barre des 40 points. Bourg-en-Bresse en comp­te­rait alors 39. Comme les Tou­ran­geaux s’ils battent Cho­let. Mais les Bur­giens pos­sèdent un meilleur goal-ave­rage par­ti­cu­lier et ils as­su­re­raient donc, eux aus­si, leur main­tien avec ce par­tage des points qui condam­ne­rait le Tours FC. D’où cette évo­ca­tion que les di­ri­geants tou­ran­geaux ont sor­ti de leur cha­peau pour lais­ser en­tendre que leur nul du week-end der­nier, à Lyon-Du­chère (2-2), pour­rait se trans­for­mer en vic­toire sur ta­pis vert. Un vé­ri­table Tours de ma­gie qui ressemble à un coup de bluff déses­pé­ré. « Tout ça, c’est faux », lâche Jacque Pi­riou, le pré­sident con­car­nois. « Ce n’est pas un ha­sard que ça sorte, mais le foot, c’est sur le ter­rain que ça se joue », ré­agit Be­noît Cauet. Le coach des Tho­niers ai­me­rait d’ailleurs que les ob­ser­va­teurs ne fassent pas une fixa­tion sur ce Concar­neau - Bourg-en-Bresse si par­ti­cu­lier : « Tout le monde a les yeux sur nous, mais on ne re­garde pas le match de Tours. Et pour­tant, Cho­let ne manque pas de sources de mo­ti­va­tion : c’est une sixième place qui peut se jouer et, en plus de son trophée de meilleur joueur, Ro­che­teau a sû­re­ment en­vie de fi­nir meilleur bu­teur ».

Ne pas perdre !

Sans Oli­vei­ra (bles­sé), Elaz (en re­prise) et Jung (frac­ture à un pied), les Con­car­nois se conten­te­raient bien, eux, de ne pas perdre. « Ce se­ra le mot d’ordre », confirme Pi­riou. « Mais on va jouer pour ga­gner, tout en sa­chant qu’il nous faut un point », ajoute Cauet. Avec quelques pistes à suivre pour dé­co­der le match : « La si­tua­tion au­rait pu être bien pire pour nous. On a été bon à un mo­ment im­por­tant et on se­ra en­core là. Il faut qu’on lance le match et que l’on voit ce qu’il y a en face. Sa­chant que si l’équipe de Bourg prend un point, elle est sau­vée aus­si. La ques­tion est de sa­voir comment on peut faire pour ra­me­ner un ré­sul­tat qui nous per­mette d’as­su­rer notre main­tien ». Point à la ligne.

Pho­to Nicolas Créach

Maël Il­lien (2e en par­tant de la gauche) et Concar­neau n’ont be­soin que d’un point pour se main­te­nir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.