Le maire d’ar­zon ras­su­ré après son tour des plages

Le Télégramme - Châteaulin - - LA CRISE DU CORONAVIRU­S - Loïc Ber­thy

T 14 h 30, Ro­land Ta­bard com­mence sa tour­née des plages. À Ar­zon, il y en a douze : sept qui donnent sur l’at­lan­tique, cinq sur le Golfe du Mor­bi­han. Le maire de la com­mune si­tuée en bout de pres­qu’île de Rhuys ne cache pas son in­ten­tion de sé­vir si ce qu’il ob­serve ne lui convient pas. « Res­pon­sa­bi­li­ser les gens, c’est bien. Faire de la pé­da­go­gie, c’est bien, mais ça a ses li­mites. S’il y a trop de com­por­te­ments ir­res­pon­sables, je de­man­de­rai la fer­me­ture des plages la se­maine pro­chaine ». La suite des opé­ra­tions va le ras­su­rer. Ac­com­pa­gné de deux de ses po­li­ciers mu­ni­ci­paux, l’élu dé­barque sur la toute pe­tite plage de Por Leen.

Une ving­taine de per­sonnes y sont ras­sem­blées en mode épars, dans l’eau pour la plu­part. Au loin, on dis­tingue une per­sonne as­sise sur une ser­viette. « Elle est en train de se rha­biller après s’être bai­gnée. On est dans le cadre lé­gal », constate Fa­brice De­cau­din, chef de la po­lice mu­ni­ci­pale d’ar­zon.

« Le bi­lan est po­si­tif »

À Port-na­va­lo, la plage sui­vante, même constat. Il y a des bai­gneurs, c’est sûr, mais au­cun contre­ve­nant à re­mettre sur le droit che­min. Ce se­ra le cas sur la plus grande plage de la com­mune, celle du Fo­geo. Un jeune couple ve­nu faire bron­zette se fait rap­pe­ler à l’ordre. « On pen­sait que c’était pos­sible quand il n’y avait pas beau­coup de monde », s’ex­cuse le jeune homme, avant de ra­mas­ser sa ser­viette. Ils ne sont que quel­que­suns à ain­si igno­rer, dé­li­bé­ré­ment ou non, la consigne. La très grande ma­jo­ri­té res­pecte la no­tion de plage dy­na­mique.

Autre constat, ces pla­gistes sont beau­coup moins nom­breux qu’on au­rait pu s’y at­tendre. De quoi sa­tis­faire Ro­land Ta­bard, qui crai­gnait le pire. Après deux heures à sillon­ner ses plages, il se dit ras­su­ré : « Si je fais la syn­thèse de ce que j’ai pu voir, le bi­lan est po­si­tif. Le mes­sage semble pas­ser au­près de la po­pu­la­tion. Mais ce n’est que le pre­mier jour du long week-end. Il en reste trois. Nous al­lons conti­nuer notre tra­vail de pé­da­go­gie, mais de leur cô­té, les gen­darmes ver­ba­lisent s’il le faut ».

Le maire, Ro­land Ta­bart, sur la plage avec la po­lice mu­ni­ci­pale d’ar­zon, afin de vé­ri­fier le bon res­pect des consignes, quitte à les rap­pe­ler si né­ces­saire.

Voir la vi­déo

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.