La pe­louse éco­nome est plus fa­cile à vivre !

Si vous as­pi­rez à plus de li­ber­té et moins de dé­penses, op­tez pour une pe­louse éco­nome. Fa­cile à en­tre­te­nir, elle se­ra aus­si plus ro­buste et res­pec­tueuse de l’en­vi­ron­ne­ment.

Le Télégramme - Châteaulin - - JARDIN - Willy Abou­li­cam

Un jar­di­nier no­vice qui pen­se­rait ré­duire au mi­ni­mum son tra­vail au jar­din en l’oc­cu­pant en­tiè­re­ment par une simple pe­louse risque de dé­chan­ter ! Le beau ta­pis vert par­fai­te­ment uni­forme dont pas un brin d’herbe ne dé­passe est tou­jours le fruit d’un com­bat achar­né contre la na­ture elle-même qui n’as­pire qu’à la li­ber­té et à la di­ver­si­té.

Si l’on veut contem­pler de­puis ses fe­nêtres un pay­sage digne d’un ter­rain de golf, il faut tra­vailler et in­ves­tir ! Sca­ri­fier, amen­der, tondre, ar­ro­ser… La longue liste des tâches d’en­tre­tien de la pe­louse de­mande des ou­tils spé­ci­fiques par­fois oné­reux.

En été, les plus courtes sont les plus faibles

Com­men­cez par lâ­cher-prise sur

Un beau ta­pis vert dont pas un brin d’herbe ne dé­passe ne s’im­pro­vise pas.

votre as­pi­ra­tion à l’uni­for­mi­té. Même de taille mo­deste, un jar­din gagne tou­jours en at­trait quand il se di­ver­si­fie. La sur­face de pe­louse par­faite, où vous pou­vez vous cou­cher sans crainte, peut être ré­duite aux abords de la ter­rasse, le reste du ter­rain étant cou­vert d’une prai­rie moins ri­gou­reu­se­ment en­tre­te­nue. C’est dans ces es­paces de bio­di­ver­si­té que vous cueille­rez vos plus belles fleurs. Cette plus faible sur­face ré­duit d’au­tant le temps et l’in­ves­tis­se­ment né­ces­saires à la tonte heb­do­ma­daire. In­utile de tondre plus court que 6 cm : les faibles pluies du prin­temps et les ca­ni­cules de l’été trans­for­me­ront votre ta­pis vert en lit de paille.

Une pe­louse plus haute ré­siste mieux à la sé­che­resse et de­mande moins d’ap­ports nu­tri­tifs. En choi­sis­sant un mé­lange de graines rus­tique, vous ré­dui­rez en­core les tra­vaux d’ar­ro­sage et d’en­tre­tien.

Le plai­sir du tra­vail ma­nuel

La di­ver­si­té n’est pas for­cé­ment désor­don­née : en créant des dé­li­mi­ta­tions nettes entre les dif­fé­rentes zones, vous ajou­tez des contrastes au jar­din. Choi­sis­sez des ma­té­riaux so­lides et du­rables, comme les veilles pierres, des dalles ou des ar­doises. Sur une sur­face ré­duite, vous li­mi­tez votre dé­pen­dance aux ou­tils élec­triques et ther­miques. Vous pou­vez en­tre­te­nir vos bor­dures avec des ou­tils à main : pour dé­ga­ger le pied des arbres, le bord des al­lées et des mas­sifs, de simples ci­seaux à ga­zon suf­fisent. La ton­deuse peut être moins so­phis­ti­quée, vous pou­vez même op­ter pour un mo­dèle mé­ca­nique !

Pho­to Ro­man Stet­syk - stock. adobe

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.