La cou­leur pré­fé­rée de l’abeille est in­vi­sible

Le Télégramme - Châteaulin - - JARDIN - W.A.

La beau­té des fleurs n’est pas faite pour sé­duire les hu­mains, mais pour at­ti­rer les in­sectes. Tan­dis que notre ré­tine est sen­sible aux nuances de rouge, vert et bleu, celle des abeilles per­çoit le bleu, le vert et les ul­tra­vio­lets (UV). Mais l’abeille ne voit pas le rouge, c’est pour­quoi cette cou­leur est rare dans la flore des ré­gions tem­pé­rées. Le co­que­li­cot compte par­mi les ex­cep­tions, parce que la tache sombre de son coeur ré­flé­chit for­te­ment les UV et l’at­tire vers son pol­len. De la même fa­çon, cer­taines fleurs qui nous pa­raissent unies pré­sentent dans l’ul­tra­vio­let des mo­tifs qui guident l’abeille vers le nec­tar. Sous les Tro­piques, les fleurs rouges sont nom­breuses, car elles sont pol­li­ni­sées par les oi­seaux.

© Val’hor

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.