Florent Gou­riou, du Run ar Puñs

Le Télégramme - Châteaulin - - CHÂTEAULIN - Ma­ga­li Raf­flen­beul

En par­te­na­riat avec l’école de mu­sique de Châ­teau­lin, le Run Ar Puñs a ins­tal­lé son stu­dio d’en­re­gis­tre­ment au Ger­moir. Aux cô­tés de Florent Gou­riou, le ré­gis­seur, nous avons dé­cou­vert toutes les fa­cettes de l’en­re­gis­tre­ment. C’était avant le confinemen­t, mais le stu­dio a rou­vert.

T La pre­mière étape, c’est la mise en place des mi­cros. Oui « des ». Parce que, les mi­cros, ce n’est pas que pour les chan­teurs : chaque ins­tru­ment a le sien. La bat­te­rie en compte même quatre. At­ten­tion, il ne faut pas se trom­per de bran­che­ment. Une pré­pa­ra­tion qui dure une bonne di­zaine de mi­nutes, mais qui est né­ces­saire pour ob­te­nir la meilleure prise de son pos­sible. Manque plus que les ar­tistes…

T … Jus­te­ment, les voi­là les ar­tistes. Les élèves ar­rivent le sou­rire aux lèvres, mal­gré un peu d’ap­pré­hen­sion. Cha­cun doit s’at­te­ler à ac­cor­der son ins­tru­ment et voir si tout sonne bien. Florent vé­ri­fie que tout est rac­cor­dé aux mi­cros. Gui­tare, pia­no, bat­te­rie… Tous jouent à tour de rôle un ins­tant pour voir si tout fonc­tionne et ef­fec­tuer les ajus­te­ments né­ces­saires.

T Si le rythme baisse un peu, Lio­nel Ber­tin est là pour re­lan­cer la ma­chine. Le prof de per­cus­sions de l’école mu­ni­ci­pale fait partie de ceux qui animent les ate­liers de mu­siques ac­tuelles, en l’oc­cur­rence le jour de l’en­re­gis­tre­ment avec son col­lègue gui­ta­riste, Hu­go Le Mouël. Deux autres en­sei­gnants sont im­pli­qués : Ca­ro­line Fa­get (pia­no) et Ly­die Ans­quer (chant).

T Re­tour der­rière l’écran pour le mixage. Il s’agit de tout ré­gler pour rendre le meilleur son pos­sible : net­toyer les pistes de toutes nui­sances, trai­ter les chaînes et cor­ri­ger les pistes en cas d’er­reurs. Et main­te­nant ? On at­tend les chan­teurs qui vont en­re­gis­trer leurs voix, et le son se­ra prêt. Pour les per­sonnes in­té­res­sées, contact : flo@ru­nar­puns.com ou 02 98 86 54 81.

T Hop, au stu­dio pour la troi­sième étape ! Le son, dans ce contexte, c’est une af­faire d’état. Une fois le pro­jet lan­cé, Florent doit faire la ba­lance de ceux-ci. La quoi ? La ba­lance ! C’est tout ce qui a trait au son du mi­cro qu’il faut ré­gler pour l’or­di­na­teur. Aux ma­nettes de sa table de mixage, il vé­ri­fie que le son ne soit ni trop fort, ni trop faible. Tout est fin prêt pour en­re­gis­trer.

T Place à la mu­sique ! Les élèves de l’école in­ter­prètent « Sweet dreams », de Ma­ry­lin Man­son. Ça dé­coiffe ! Mais au bout de deux mi­nutes, c’est fi­ni vous al­lez me dire. Pas vrai­ment… Il faut jouer le mor­ceau plu­sieurs fois pour avoir LE bon en­re­gis­tre­ment. Jouer un mor­ceau en boucle pen­dant une heure et de­mie : plus com­pli­qué qu’il n’y pa­raît…

T C’est l’heure du ver­dict : les élèves écoutent en­fin leur en­re­gis­tre­ment. Des sou­rires se des­sinent et par­fois cer­tains se­couent la tête aus­si bien d’ap­pro­ba­tion que d’em­bar­ras. « Oups, là j’ai dé­ra­pé sur la touche, dé­so­lée ! ». C’est là qu’on dé­briefe quelle partie il faut éven­tuel­le­ment ré­en­re­gis­trer. Et ça per­met de voir le ren­du et d’être fier de ce qu’on a ac­com­pli.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.