Le pro­to­cole sa­ni­taire va s’al­lé­ger dans les en­tre­prises

Le gou­ver­ne­ment s’ap­prête à al­lé­ger le pro­to­cole sa­ni­taire dans les en­tre­prises, en ces­sant de consi­dé­rer le té­lé­tra­vail comme la norme et en rem­pla­çant la règle des 4 m² par sa­la­rié par une dis­tance d’un mètre.

Le Télégramme - Châteaulin - - ÉCONOMIE -

T Un nou­veau pro­to­cole sa­ni­taire pour les en­tre­prises, que la mi­nistre du Tra­vail Mu­riel Pé­ni­caud doit dé­voi­ler cette semaine, prend acte d’une « si­tua­tion sa­ni­taire en voie d’amé­lio­ra­tion si­gni­fi­ca­tive ». En consé­quence : il aban­donne la règle ac­tuelle, qui li­mite le nombre de col­la­bo­ra­teurs pré­sents si­mul­ta­né­ment dans les lo­caux sur la base d’une « jauge » d’au moins 4 m² par sa­la­rié.

À la place, le nou­veau do­cu­ment - ré­vé­lé dans un pre­mier temps par le quo­ti­dien Les Échos - sti­pule que « chaque col­la­bo­ra­teur doit pou­voir dis­po­ser d’un es­pace lui per­met­tant de res­pec­ter la règle de dis­tan­cia­tion phy­sique d’au moins un mètre par rap­port à toute autre per­sonne ». L’em­ployeur « peut » tou­te­fois conser­ver le prin­cipe d’une

Pho­to d’illus­tra­tion. « jauge », et « peut » la fixer à 4 m² par sa­la­rié, mais ce­la « à titre in­di­ca­tif », se­lon le texte.

Port du masque as­sou­pli

Il est pré­vu que le port du masque ne soit obli­ga­toire que « lorsque la dis­tance d’un mètre entre les per­sonnes n’est pas ef­fec­tive ou est sus­cep­tible de ne plus l’être ». Concer­nant le té­lé­tra­vail, il n’est évo­qué dans le nou­veau pro­jet de pro­to­cole sa­ni­taire qu’à pro­pos des « tra­vailleurs à risque de forme grave de Co­vid-19 », ou de ceux qui vivent au do­mi­cile d’une per­sonne dans ce cas. Pour ces sa­la­riés, « le té­lé­tra­vail doit être fa­vo­ri­sé par les em­ployeurs, sur de­mande des in­té­res­sés », pré­cise le texte. Dé­but juin, le Me­def avait ap­pe­lé le gou­ver­ne­ment à ac­cé­lé­rer le dé­con­fi­ne­ment des en­tre­prises, en ré­vi­sant les pro­to­coles sa­ni­taires qui s’y ap­pliquent pour per­mettre un « re­tour à la nor­male » ra­pide. Jeu­di, la Con­fé­dé­ra­tion des pe­tites et moyennes en­tre­prises (CPME) avait, à son tour, ré­cla­mé l’aban­don des pro­to­coles sa­ni­taires im­po­sés aux en­tre­prises « au plus tard » le 10 juillet, date de sor­tie de l’état d’ur­gence sa­ni­taire. In­ter­ro­gé par L’AFP, le mi­nis­tère du Tra­vail n’a pas confir­mé la te­neur de ce texte.

Pho­to Lio­nel Le Saux

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.