Con­car­neau : « En­core cinq ou six joueurs à re­cru­ter »

À quatre jours de la re­prise de l’en­traî­ne­ment à L’US Con­car­neau (Na­tio­nal), l’en­traî­neur Sté­phane Le Mi­gnan et le pré­sident Jacques Pi­riou font le point.

Le Télégramme - Châteaulin - - SPORTS - De­nis Ver­gos

L’en­traî­neur Le Mi­gnan

« Le 13 mars, Sté­phane Le Mi­gnan nous a re­joints, et le 14 on nous dit qu’il n’y a plus de foot. Mais on avait un contrat mo­ral. Sté­phane, c’était notre pre­mier choix, c’est quel­qu’un qui a des va­leurs club et ça s’est fait na­tu­rel­le­ment… » Jacques Pi­riou a ré­su­mé l’ar­ri­vée de son nou­vel en­traî­neur qui se re­con­naît dans l’es­prit concar­nois : « Ma prio­ri­té, c’était de re­ve­nir en Bre­tagne et de trou­ver un club qui me cor­res­ponde ».

La re­prise de l’en­traî­ne­ment

La re­prise de l’en­traî­ne­ment est fixée au lun­di 29 juin (10 h) à Ke­rhun.

« Avec des jeunes du club, il de­vrait y avoir une ving­taine de joueurs, plus peut-être quelques es­sais à ve­nir », pré­cise Sté­phane Le Mi­gnan. Le coach concar­nois rap­pelle aus­si qu’il y au­ra des pré­cau­tions à prendre en ma­tière de pro­to­cole sa­ni­taire : « On se tient au cou­rant avec le staff mé­di­cal et la FFF car ça évo­lue tous les jours. Mais c’est sur­tout dans les ves­tiaires qu’il fau­dra être vi­gi­lant ».

L’ef­fec­tif 2020-21

Sté­phane Le Mi­gnan : « Pour la fin de l’été, on de­vrait avoir 16 joueurs sous contrat (sans comp­ter Gé­gousse et Tou­pin, qui tra­vaillent en de­hors du foot).

Avec les jeunes que l’on in­tègre au groupe d’en­traî­ne­ment (Mou­ca­zam­bo, Chailloux, Ley, Guillaume, Le Roux et Le Floch), on de­vrait être 24 ou 25. Il reste cinq ou six joueurs à re­cru­ter, deux at­ta­quants axiaux, deux sur les cô­tés, un mi­lieu dé­fen­sif et peut-être un dé­fen­seur ». Au su­jet de la ve­nue du Lo­rien­tais Oua­neh, Jacques Pi­riou se montre confiant : « Il reste quelques dé­tails à ré­gler, no­tam­ment la du­rée du contrat ».

Le bud­get

« Si le monde du foot pro ne se rend pas compte qu’il faut ai­der le Na­tio­nal, ça va être très com­pli­qué car ça de­vient in­te­nable », ré­pète Jacques Pi­riou, qui part sur un bud­get de 1,9-2 M (2,3 la sai­son pas­sée)… « Mais sans cer­ti­tude compte te­nu de la si­tua­tion. On ne sait même pas comment on va pou­voir re­ce­voir nos par­te­naires et on ne peut pas lan­cer la cam­pagne d’abon­ne­ments. »

La nou­velle sai­son

« Par rap­port au dé­mar­rage en re­tard de la sai­son, on sait que l’on va jouer par­fois deux matchs par se­maine en sep­tembre-oc­tobre et qu’il n’y au­ra pas de week-end libre. Mais la grande in­cer­ti­tude et la réelle in­quié­tude, c’est sur­tout l’ar­rêt pro­lon­gé des foot­bal­leurs et la re­prise d’ac­ti­vi­té avec le risque de bles­sures », s’in­quiète Le Mi­gnan.

L’ob­jec­tif

« On va res­ter calme et gar­der la tête froide. Il faut sta­bi­li­ser tout ça et évi­ter les frayeurs des sai­sons pas­sées en pre­nant vite des points », in­dique Jacques Pi­riou qui au­rait vou­lu pla­cer la barre plus haut : « Mais il faut faire avec les moyens qu’on a. »

Pho­to De­nis Ver­gos

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.