Le Télégramme - Concarneau

Start-up. « Il faut mettre en lumière l’innovation »

René Sylvestre, entreprene­ur et fondateur de l’Étudiant, est à l’initiative de Grand Ouest Innovation­s, le premier salon consacré aux start-ups de l’Ouest.

- Propos recueillis par Charles Drouilly

> Le salon Grand Ouest Innovation, qui se déroulera à SaintBrieu­c le 17 février, est présenté comme le « premier événement régional des start-up ». Qu’est-ce qui vous a poussé à initier ce projet ?

On parle aujourd’hui des start-up comme de l’Arlésienne de Bizet. On imagine leur existence, mais on ne les voit jamais. Certains pensent même qu’elles n’existent qu’à Las Vegas, à l’occasion du CES (NDLR : le salon mondial consacré à l’innovation). C’est archi-faux. En France, 440 pépinières d’entreprise­s irriguent le territoire. Cela représente 8.500 startup. Elles créent entre 30.000 à 40.000 emplois par an. C’est plus que les entreprise­s du CAC 40. Et pourtant, la reconnaiss­ance nationale est très faible. Nous voulons changer cela. En ce sens, ce salon une véritable action politique au service de l’économie.

> Votre ambition est de toucher un public très large ?

Nous avons lancé, en 2016 et 2017, deux premiers salons à Lunéville (54). Ce n’est pas une capitale internatio­nale, et pourtant, 2.000 visiteurs ont participé à ces événements. Cela prouve qu’il y a une curiosité à découvrir les innovation­s qui se développen­t près de chez nous. L’automobile, l’aviation, la machine à vapeur, le cinéma… C’est en France qu’on a inventé tout ça, et le message que l’on souhaite faire passer, c’est que ça continue. On est aussi capable que les autres. Mais pour que l’innovation aboutisse, pour que de petites entreprise­s grandissen­t, il est nécessaire de permettre une rencontre avec le public. En montrant la diversité des domaines concernés, car les start-up ne se réduisent pas seulement au numérique. En permettant à tout un chacun de toucher du doigt les créations, on donne envie à de nouveaux acteurs de s’investir dans cet univers. Cela n’existait pas jusqu’alors, c’est une innovation sur l’innovation.

> Lunéville et Saint-Brieuc ne sont qu’un début ?

Un autre salon est prévu à Marseille en 2018. Un projet à Tarbes est aussi en préparatio­n. L’idée est d’organiser une dizaine d’événements tous les ans à l’avenir pour qu’enfin, partout, l’innovation se retrouve mise en lumière.

▼ Grand Ouest Innovation, samedi 17 février, de 10 h à 18 h au Carré Rosengart, au port du Légué à Saint-Brieuc. Entrée libre.

 ??  ?? « Pour que l’innovation aboutisse, pour que de petites entreprise­s grandissen­t, il est nécessaire de permettre une rencontre avec le public », estime René Sylvestre, à Saint-Brieuc.
« Pour que l’innovation aboutisse, pour que de petites entreprise­s grandissen­t, il est nécessaire de permettre une rencontre avec le public », estime René Sylvestre, à Saint-Brieuc.

Newspapers in French

Newspapers from France