Le Télégramme - Lorient

Chacun chez soi !

-

Un petit attroupeme­nt se forme devant un stand, à l’ombre de la grande parabole. Des accolades, des poignées de mains et des félicitati­ons. Lors de sa première manche, en Supercar, Laurent Bouliou vient de s’imposer (8e temps au final). Chez lui. Vingt-deux kilomètres et 27 minutes de route séparent Kerlabo de son domicile situé à Lantic. Autant dire que toute sa famille et tous ses amis ont fait le déplacemen­t. « C’est formidable, on est à la maison », se réjouit l’intéressé, entouré des siens dans son paddock. Une centaine de personnes, sponsors compris, devrait l’accompagne­r dans son week-end. « Il y a la pression car on veut faire plaisir à tous nos supporters, nos partenaire­s, car on est chez nous à Kerlabo ! ». Il n’est pas le seul à ressentir cela. Kévin Le Bars, de Saint-Donan, à dix minutes de là, appréhende, mais apprécie aussi ce moment. « C’est différent de Faleyras ou Lavaré, où là il n’y a vraiment que le mécano, un des parents et la copine qui sont là à regarder. Alors que là, il y a vraiment pas mal de monde. Ça fout un peu la pression ! »

« On fera la fête dimanche soir »

Sous leurs yeux, au niveau de la parabole, il a même commis quelques « bêtises » au volant de sa Twingo. Mais devant eux, « Pour Maël », l’associatio­n dont il porte les couleurs, et qui vient en aide à un enfant atteint du syndrome de little, « c’est vraiment un plaisir de montrer ce que je peux valoir ». Surtout, il peut profiter de ses proches entre les courses… Sans faire d’excès. « On fera la fête dimanche soir », prévient quant à lui Anthony Paillardon. Engagé en Super 1.600 pour la première fois de la saison et originaire de Saint-Julien, lui aussi évolue chez lui. « La maison d’un de mes meilleurs collègues est la plus proche voisine du circuit ! Je passe tous les samedis soir à Cohiniac. Quand j’étais petit, je venais voir Jean-Luc Pailler courir, c’était un très grand monsieur pour moi, j’ai eu son poster au-dessus de mon lit pendant des années ! » Alors imaginer gagner ici… Il est provisoire­ment 3e. Laurent Bouliou est lui 6e. Et pourquoi pas ?

K. K.

 ??  ?? Laurent Bouliou, ici avec son fils Esteban, court à domicile sur le circuit de Kerlabo.
Laurent Bouliou, ici avec son fils Esteban, court à domicile sur le circuit de Kerlabo.

Newspapers in French

Newspapers from France