Réuni­fi­ca­tion : plus de ta­bou

Le Télégramme - Quimper - - LE FAIT DU JOUR - Vu par Her­vé Queillé

L’un des ef­fets Brexit, en re­po­sant la ques­tion de la fron­tière, est d’avoir re­mis sur la place pu­blique le su­jet de la réuni­fi­ca­tion entre les deux Ir­lande. Le trau­ma­tisme des 30 an­nées de guerre civile est tou­jours pré­sent. Mais par­ti­sans et op­po­sants ne peuvent nier l’évi­dence : le su­jet est de toutes les dis­cus­sions. Mais pas de pré­ci­pi­ta­tion. Lais­sons les ten­sions sus­ci­tées par le Brexit se cal­mer en es­pé­rant qu’une fron­tière phy­sique ne vienne pas contra­rier cet élan, disent ca­tho­liques et pro­tes­tants, na­tio­na­listes et unio­nistes. Tous in­sistent aus­si sur la nécessité préa­lable de dia­lo­guer et de ré­gler la ques­tion cru­ciale des pres­ta­tions san­té et du droit du tra­vail, au­jourd’hui dif­fé­rents au nord et au sud. De dé­battre du ma­riage ho­mo­sexuel et de l’avor­te­ment, tou­jours illé­gaux en Ir­lande du Nord. Iné­luc­table, la réuni­fi­ca­tion n’est tou­te­fois pas pour de­main. Dans cinq ans, pour les plus op­ti­mistes du Sinn Fein ? « Pas de mon vi­vant ni ce­lui de mes en­fants » pour les ul­tra-unio­nistes du DUP ? L’ave­nir le dira. Mais, avant de réuni­fier, se­lon le pas­teur Ste­ven Fos­ter, il fau­dra d’abord ré­con­ci­lier des hommes et des femmes. Et convaincre aus­si les

« cou­sins » du Sud qui au­ront aus­si à se pro­non­cer par ré­fé­ren­dum.

Pho­to Her­vé Queillé

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.