Sept fau­cheurs vo­lon­taires en­ten­dus

Le Télégramme - Quimper - - QUIMPER - Jean Le Borgne

Convo­qués au com­mis­sa­riat après la plainte de l’hy­per­mar­ché Géant, sept fau­cheurs vo­lon­taires de­vaient ré­pondre de dé­gra­da­tions, mar­di. Une ac­tion de col­lage d’éti­quettes dé­fen­due par les mi­li­tants.

« Nous n’avons pas dé­gra­dé ces pro­duits, ils ont sim­ple­ment été éti­que­tés. On dira que ce n’est pas la même chose que des dé­gra­da­tions si on est convo­qué de­vant un juge ». Marie Ni­co­las et six autres Fau­cheurs vo­lon­taires étaient convo­qués mar­di au com­mis­sa­riat de po­lice après la plainte de l’hy­per­mar­ché Géant. Le sa­medi 16 mars der­nier, un groupe d’une quin­zaine de mi­li­tants éco­lo­gistes « ar­més » d’éti­quettes « OGM = pes­ti­cides » étaient en­trés dans quatre grandes sur­faces quim­pé­roises pour dé­non­cer la pos­sible pré­sence de pes­ti­cides dans des pro­duits à base d’huiles de col­za ou de tour­ne­sol. Ha­bi­tuée des ac­tions, Marie Ni­co­las avait pu être iden­ti­fiée comme plu­sieurs fau­cheurs par une pho­to prise de­vant un hy­per­mar­ché.

Mayon­naises et huiles, près de 4 800 € de pro­duits au­raient été ren­dus im­propres à la com­mer­cia­li­sa­tion se­lon le plai­gnant. « Ces pro­duits, ils ont été don­nés aux Restos du coeur. Ça me choque énor­mé­ment », pour­suit Marie Ni­co­las, à sa sor­tie du com­mis­sa­riat.

Des pes­ti­cides dans les huiles ?

L’ac­tion me­née le 16 mars était des­ti­née à aler­ter les consom­ma­teurs sur la pré­sence, se­lon les mi­li­tants, de pes­ti­cides dans des pro­duits pos­si­ble­ment fa­bri­qués avec des huiles is­sues de l’agri­cul­ture d’OGM. Dans le viseur des fau­cheurs vo­lon­taires, plus de 160 000 ha de tour­ne­sols et de col­zas gé­né­ti­que­ment mo­di­fiés par « mu­ta­ge­nèse », culti­vés en France. Une tech­nique qui les ex­clut du champ de la ré­gle­men­ta­tion sur les OGM, en dé­pit d’une dé­ci­sion de la cour de jus­tice eu­ro­péenne.

Des explications contre­dites quelques jours plus tard par le col­lec­tif « Marre des fau­cheurs ». Se­lon ces der­niers, l’huile de tour­ne­sol oléique bio in­tègre des li­gnées is­sues de la mu­ta­ge­nèse que les Fau­cheurs vo­lon­taires consi­dèrent comme OGM. « Plus de 80 % du tour­ne­sol bio est ain­si oléique », sou­li­gnait le col­lec­tif. Ce mar­di, les mi­li­tants éco­lo­gistes ont pré­ci­sé leur point de vue, in­di­quant que la mu­ta­tion gé­né­tique, en agri­cul­ture conven­tion­nelle était des­ti­née à rendre la plante ré­sis­tante aux pes­ti­cides, pas en agri­cul­ture bio­lo­gique.

Un mi­li­tan­tisme qui, cette fois en­core, pour­rait convaincre la jus­tice. Quelques jours avant l’ac­tion du 16 mars, Marie Ni­co­las et d’autres mi­li­tants ju­gés pour une ac­tion d’ar­ra­chage de plans OGM avaient été re­laxés par le tri­bu­nal de grande ins­tance de Di­jon. « La preuve que les choses sont en train d’avan­cer », se fé­li­cite la mi­li­tante.

Sur le­te­le­gramme.fr

Une par­tie des 20 mi­li­tants réunis le 16 mars ont été convo­qués par la po­lice.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.