Oli­vier Le Gac. Le Flan­drien du Fi­nis­tère

Le Télégramme - Quimper - - HIPPISME - Philippe Pri­ser

A Tra­vers la Flandre ce mer­cre­di, le Tour des Flandres, di­manche. Avant de faire une pause en pré­vi­sion du pro­chain Tour d’Ita­lie (11 mai-2 juin), le coureur fi­nis­té­rien Oli­vier Le Gac en­chaîne les deux clas­siques flan­driennes. Où, mal­gré les craintes et la dif­fi­cul­té de la tâche, l’équi­pier de la for­ma­tion Grou­pa­ma-FDJ adore fer­railler.

> Oli­vier Le Gac, pas trop com­pli­qué de pas­ser de Mi­lanSan Re­mo aux clas­siques flan­driennes ?

J’ai re­trou­vé la Bel­gique, la se­maine der­nière, à l’oc­ca­sion du Grand Prix E3 (ven­dre­di) où j’ai don­né ma roue à Ar­naud Démare au mo­ment de la grande ba­garre. A Gand-We­vel­gem (di­manche), j’avais des bonnes sen­sa­tions, mal­heu­reu­se­ment, je suis al­lé à la faute à l’ap­proche du Mont Kem­mel. Tout ça pour dire que la tran­si­tion entre Mi­lanSan Re­mo, où j’avais bos­sé jus­qu’à la Ci­pres­sa, et les « flan­driennes » s’est plu­tôt bien pas­sée.

> Où se si­tue votre pré­fé­rence ?

Les clas­siques flan­driennes restent les plus belles courses. Elles sont hy­per stres­santes, elles com­portent énor­mé­ment de pièges, elles sont très ris­quées, elles font un peu peur mais chaque an­née, j’ai très en­vie d’y re­ve­nir. L’ambiance d’un Tour de Flandres où l’on re­passe plu­sieurs fois au Vieux Qua­re­mont ou au Pa­ter­berg, c’est juste in­com­pa­rable… Et puis, j’adore aus­si les sché­mas de ces clas­siques, ça at­taque de loin, il y a tou­jours des re­bon­dis­se­ments. Chaque hi­ver, quand je re­prends l’en­traî­ne­ment, je pense à ces clas­siques.

> Vous dites qu’elles sont un peu ef­frayantes. En course, vous ar­rive-t-il de vous de­man­der ce que vous faites là ?

Oui, par­fois. Au niveau Pro Tour, je peux vous as­su­rer que ça ne ri­gole pas. Ça frotte énor­mé­ment, faut es­sayer de faire sa place, faut même être un peu sau­vage. Vous avez l’im­pres­sion d’être nul mais en fait, tout le monde souffre… Il faut vrai­ment le vivre. Di­manche der­nier lors de Gand-We­vel­gem, ça rou­lait fort, ça ne dé­bran­chait pas, ça ne vou­lait pas cas­ser. Un truc de fou. J’avais le couteau entre les dents, je m’ac­cro­chais, je ne lâ­chais pas. Dans ma tête, je me de­man­dais pour­tant quand ça al­lait s’ar­rê­ter…

> Vous êtes-vous alors dit que vous au­riez sans doute été plus à l’aise à Cho­let-Pays-de-Loire, une épreuve de niveau in­fé­rieur…

Je reste un com­pé­ti­teur, je me dis par­fois que je pren­drais da­van­tage de plai­sir en jouant la gagne sur d’autres épreuves comme sur les Quatre Jours de Dun­kerque (il avait ga­gné une étape l’an der­nier) et le Tro Bro Leon (où il s’était clas­sé 6e l’an pas­sé). D’un autre cô­té, je suis per­sua­dé que si j’avais été à Cho­let, di­manche, je me se­rais dit que j’au­rais été mieux à ba­gar­rer dans les monts de Gand-We­vel­gem. Les Flan­driennes, en­core une fois, c’est quand même quelque chose.

> Par­ve­nez-vous à prendre du plai­sir sur ces courses aus­si dif­fi­ciles ?

Par­fois, le plai­sir, c’est quand on monte dans le bus à l’ar­ri­vée (il sou­rit). Main­te­nant, je m’applique à effectuer mon tra­vail d’équi­pier et quand j’y par­viens, je suis content. Et si c’est l’un de mes lea­ders qui gagne…

> Marc Ma­diot parle de vous comme d’une pièce-maî­tresse au­tour d’Ar­naud Démare. Jus­te­ment, quel est votre rôle au sein de ce dis­po­si­tif ?

De­puis la sai­son der­nière, il a évo­lué. Di­sons que j’ai da­van­tage la pos­si­bi­li­té de jouer ma carte dans le fi­nal des clas­siques, dans les mo­ments dé­ci­sifs de ces courses qui font 200 ou 250 ki­lo­mètres. D’une cer­taine fa­çon, ce­la me per­met éga­le­ment d’ai­der Ar­naud (Démare) et Ste­fan (Küng) qui a re­joint l’équipe Grou­pa­ma-FDJ cet hi­ver. Je sens que j’ai en­core pro­gres­sé, j’ai pris de la force. Pe­tit à pe­tit, j’ar­rive où je veux être. Main­te­nant, le niveau de ces clas­siques est tel­le­ment im­pres­sion­nant…

Philippe Pri­ser

Après Milan-San Re­mo, le mois der­nier, Oli­vier Le Gac dis­pu­te­ra un autre «mo­nu­ment» du vé­lo. di­manche, le Tour des Flandres.Pho­to

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.