Les quatre points à re­te­nir du dis­cours pré­si­den­tiel

Le Télégramme - Quimper - - LE FAIT DU JOUR - Mar­tin Vau­goude et Vincent Las­ten­net

1. Vo­lon­té d’ou­vrir un droit à l’ex­pé­ri­men­ta­tion

Em­ma­nuel Ma­cron sou­haite que l’on « puisse mo­di­fier la Cons­ti­tu­tion pour y in­tro­duire un droit à l’ex­pé­ri­men­ta­tion et à la dif­fé­ren­cia­tion ». Le chef de l’État compte pro­fi­ter de la fu­ture ré­forme consti­tu­tion­nelle pour y par­ve­nir. C’était l’une des at­tentes fortes des maires bre­tons.

Ce­la per­met­trait aux col­lec­ti­vi­tés lo­cales de mettre en oeuvre des mesures adap­tées à leur ter­ri­toire qui ne seraient pas pré­vues à l’échelle na­tio­nale et qui n’au­raient pas for­cé­ment vo­ca­tion à s’ap­pli­quer dans d’autres ter­ri­toires.

2. La taxe d’ha­bi­ta­tion se­ra bien sup­pri­mée pour tous

Le chef de l’État a re­dit qu’il trou­vait « la taxe d’ha­bi­ta­tion très in­juste ». Il a af­fir­mé qu’elle ne se­rait pas rem­pla­cée par un im­pôt sup­plé­men­taire. Em­ma­nuel Ma­cron a ten­té de ras­su­rer les maires sur leurs fu­tures re­cettes fis­cales, évo­quant plu­sieurs pistes, dont celle « d’un mor­ceau d’im­pôt na­tio­nal qui se­rait trans­fé­ré à la com­mune ». Un dis­cours qui confirme l’an­nonce faite par son ministre des Comptes pu­blics dans la nuit de mar­di à mer­cre­di. « Je vous confirme que nous avons à ac­com­plir la pro­messe, puis l’en­ga­ge­ment du pré­sident de la Ré­pu­blique, pris à la fin de l’an­née 2017, de la sup­pres­sion à 100 % de la taxe d’ha­bi­ta­tion, sans les ré­si­dences se­con­daires d’ici à la fin du quin­quen­nat, c’est-à-dire d’ici à l’an­née bud­gé­taire 2022 », a dé­cla­ré Gé­rald Dar­ma­nin.

3. Un gui­chet unique pour les élus lo­caux

Em­ma­nuel Ma­cron a en­ten­du la dif­fi­cul­té des maires à mon­ter leurs dos­siers quand ils lancent leurs pro­jets d’amé­na­ge­ment. « Je suis fa­vo­rable à ce qu’on ex­pé­ri­mente en Bre­tagne la pro­cé­dure unique pour évi­ter l’ad­di­tion des pro­cé­dures », a-t-il dit. L’idée se­rait de par­ve­nir à un gui­chet unique. Il fau­dra pour ce­la que l’État, la Ré­gion et les dé­par­te­ments se co­or­donnent. « L’en­semble des ser­vices de l’État doivent être sous un com­man­de­ment et un vi­sage unique, avec un in­ter­lo­cu­teur co­or­don­nant les de­mandes », a-til ajou­té, re­con­nais­sant que « des bas­tions se sont créés » du fait de la spé­cia­li­sa­tion des mis­sions de l’État. Dé­fense et Jus­tice se­ront ex­clues du dis­po­si­tif.

4. Pas de sup­pres­sion de la loi Lit­to­ral

« On ne peut pas la sup­pri­mer ! » Em­ma­nuel Ma­cron a, sans sur­prise, af­fir­mé qu’il n’était pas ques­tion de tou­cher à la loi Lit­to­ral. Ou sim­ple­ment à la marge. S’il s’est dit ou­vert à des ajus­te­ments, le Pré­sident n’a pas pré­ci­sé les­quels avaient sa fa­veur.

Pho­to Claude Prigent

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.