La vie re­prend len­te­ment son cours

Le Télégramme - Quimper - - MONDE & FRANCE -

À L’Aqui­la aus­si, la vie re­prend son cours. En­fin, elle es­saye. La pré­fec­ture et la mai­rie ont rou­vert, ain­si que l’hô­pi­tal. Mais l’ar­gent manque cruel­le­ment pour ac­cé­lé­rer les tra­vaux. Pour pro­tes­ter contre l’in­suf­fi­sance de fonds pour la re­cons­truc­tion et le dé­ve­lop­pe­ment, et contre l’in­dif­fé­rence des par­tis po­li­tiques face aux nom­breux pro­blèmes de L’Aqui­la, le maire, Pier­lui­gi Bion­di, a d’ailleurs dé­mis­sion­né à la mi-mars.

« C’est dur ici »

Même si, en vé­ri­té, des ef­forts ont été faits. Dans la grande ave­nue prin­ci­pale, Cor­so Um­ber­to, la plu­part des im­meubles ont été re­mis en ordre. Des grands câbles gai­nés sont ac­cro­chés aux murs, les plaques do­rées des in­ter­phones sont fixées, le marbre des es­ca­liers est po­li. « À la mi-avril, tous les im­meubles de ma rue se­ront ter­mi­nés et les ha­bi­tants pour­ront ren­trer chez eux. En­fin, ceux qui ne sont pas par­tis. C’est dur ici, mais je suis sûr que tout se pas­se­ra bien », confie Mar­co. En no­vembre der­nier, ce Ro­main qui a choi­si de vivre à L’Aqui­la, il y a quinze ans, a ou­vert une parfumerie en plein centre-ville. « C’est un pa­ri au­da­cieux car il n’y a vrai­ment pas grand monde dans les rues et les af­faires ne vont pas très bien, seu­le­ment 10 % de la po­pu­la­tion est dé­jà ren­trée mais il faut bien com­men­cer à lan­cer des si­gnaux, si­non L’Aqui­la va mou­rir », mur­mure ce pe­tit com­mer­çant. Sur la grande place, une li­brai­rie vient d’ou­vrir. Des couples pa­ressent à la terrasse d’un ca­fé, des en­fants courent après un chien, des étu­diants qui fêtent leur di­plôme en­tament une fa­ran­dole. L’Aqui­la veut re­le­ver la tête.

Pho­to MaxPPP

Un couple dans la vieille ville de L’Aqui­la, où les tra­vaux per­durent.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.