Pom­piers en fa­mille (8). Vo­lon­taires de pères en fils

Le Télégramme - Quimper - - PONT-L’ABBÉ - Lau­rence Prime

Re­tour aux sources pour la sé­rie Pom­piers en fa­mille. Ou plu­tôt à Poul­dreu­zicP­lo­van, où le centre d’in­cen­die et de se­cours compte quatre paires de père-en­fant. Cette fois, on a Xa­vier et Fabien Peu­ziat et Da­vid et Na­than Cos­qué­ric.

Sur les 34 sa­peurs-pom­piers vo­lon­taires du Centre d’in­cen­die et de se­cours (Cis) de Poul­dreu­zic-Plo­van, ils sont ac­tuel­le­ment quatre duos père-en­fant. Le pre­mier vo­let de notre sé­rie a per­mis de pré­sen­ter le duo for­mé par Ty­phaine et

Jean-Jacques L’Hel­guen, le chef de centre. Quatre duos nour­ris de vraies his­toires de pas­sion vé­cues en fa­mille. Comment ça se gère au quo­ti­dien ? C’est la ques­tion qu’on a tour à tour po­sée aux pères et aux fils.

Dans les paires, on de­mande les pères. Xa­vier Peu­ziat, 56 ans et Da­vid Cos­qué­ric, 48 ans, sont tous les deux ad­ju­dants-chefs et tous les deux en­trés dans le corps des sa­peurs-pom­piers vo­lon­taires à la de­mande d’Her­vé Peu­ziat, le frère de Xa­vier, lui-même sa­peur-pom­pier. Le se­cond trois ans avant le pre­mier, en 1997. Les deux ont un fils. Na­than Cos­qué­ric a 23 ans et Fabien Peu­ziat, 27 ans.

« C’était nor­mal… comme une évi­dence »

L’en­trée chez les pom­piers, pour ce der­nier, date de 2009 : « C’était nor­mal… comme une évi­dence ». C’est que le jeune ser­gent s’était for­mé chez les Jeunes sa­peurs-pom­piers (JSP) de Pont-l’Ab­bé, em­me­né par son père, Xa­vier, qui y for­mait des jeunes. Xa­vier est content que son fils par­tage sa pas­sion.

Pour Da­vid et Na­than Cos­qué­ric, les choses se sont pas­sées dif­fé­rem­ment. Da­vid, dont le père, Alexis, était pom­pier à Plo­néour-Lan­vern, a tou­jours bai­gné dans ce mi­lieu. Là aus­si une évi­dence pour lui, il vou­lait être pom­pier et a fait son ser­vice mi­li­taire chez les ma­rins-pom­piers de Brest. Quand il s’est ins­tal­lé à Poul­dreu­zic, il a re­joint tout de suite le Cis : « On était onze à l’époque avec 70 in­ter­ven­tions à l’an­née ». Son fils Na­than, les pom­piers, ça ne l’at­ti­rait pas, lui, l’étu­diant en sciences de l’in­gé­nieur. Da­vid, le père, en prend son par­ti. Mais, du­rant sa troi­sième an­née de fac, Na­than a eu un dé­clic qui a « vrai­ment sur­pris » son père et prend la dé­ci­sion d’en­trer chez les pom­piers. Pas­sant même, l’an­née der­nière, le concours pour de­ve­nir professionnel. Concours qu’il a eu et, au­jourd’hui, il pos­tule dans les centres de se­cours, tout en res­tant au Cis de Poul­dreu­zic-Plo­van.

Dans ces fa­milles-là, le quo­ti­dien est in­ti­me­ment lié au monde des pom­piers : « On parle sou­vent des pom­piers à la mai­son ». Et il faut que le reste de la fa­mille s’en ac­com­mode. Car ce vo­lon­ta­riat « prend beau­coup de place dans nos vies parce que c’est une pas­sion ». Tou­te­fois, pour les deux pères, c’est clair qu’en in­ter­ven­tion « ce n’est pas tou­jours fa­cile de don­ner des ordres à son fils », mais « on est juste deux pom­piers en in­ter­ven­tion : quand re­ten­tit le bip, on fait le job ».

Ils sont dis­crets sur la ques­tion les pa­ter­nels, mais on sent que l’in­quié­tude pour leur re­je­ton n’est ja­mais loin. Comme lors d’une in­ter­ven­tion avec une bou­teille de gaz : « Un jour, Fabien et moi on était en équipe en­semble, on de­vait ré­cu­pé­rer une bou­teille de gaz », re­late Xa­vier. À de­mi-mot, il évoque l’an­goisse ré­tros­pec­tive, « on sait qu’il y a tou­jours un dan­ger ».

Da­vid Co­qué­ric ren­ché­rit : « C’est après l’in­ter­ven­tion, quand retombe l’adré­na­line, qu’on y pense ». D’ailleurs, au centre de se­cours de Poul­dreu­zic-Plo­van, on tient compte des liens fa­mi­liaux lors de la for­ma­tion des équipes : on évite de placer les duos en­semble « au cas où ». Conscients du dan­ger.

« Ce n’est pas tou­jours fa­cile de don­ner des ordres à son fils… Mais quand re­ten­tit le bip, on fait le job. » Xa­vier Peu­ziat et Da­vid Cos­qué­ric

Fabien, Her­vé et Xa­vier Peu­ziat par­tagent, avec Na­than et Da­vid Cos­que­ric, le même sens de l’en­ga­ge­ment au sein des sa­peurs­pom­piers, au-de­là de l’as­pect fa­mi­lial.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.